L’accord secret entre Erdogan et Tsipras, par Jean-Gilles Malliarakis

Le 7 décembre, le président mégalomane turc se rendait en visite officielle en Grèce. L’événement en lui-même était de nature à recevoir les meilleurs encouragements de la bien-pensance internationale. Pour la première fois depuis 65 ans en effet un gouvernement athénien déroulait le tapis rouge devant son vieil adversaire auquel l’oppose un contentieux, incompréhensible aux yeux des bureaucraties d’Europe occidentale, pour lesquelles la notion même d’ennemi est devenue inaudible.

Le dernier chef de gouvernement turc à s’être rendu à Athènes avait été, en 1952, Adnan Menderes. Renversé dans son pays par le coup d’État militaire du 27 mai 1960, il fut condamné à mort et pendu, le 17 septembre 1961.

La comparaison avec Erdogan s’arrête là, du moins pour le moment.

À l’époque en effet les relations étaient excellentes, les deux pays ayant adhéré en même temps à l’alliance atlantique. Une forte communauté grecque prospérait à Istanbul. Elle allait être contrainte à l’exil à partir des pogroms de septembre 1955, dont on sait aujourd’hui qu’ils avaient été fomentés par les futurs putschistes de 1961.

Par la suite les rapports se sont envenimés, en particulier du fait de la question de Chypre.

Un rapprochement s’est certes dessiné à partir de 1999, à la faveur de l’intervention humanitaire des sauveteurs grecs lors du grave tremblement de terre d’Istanbul et les deux gouvernements ont pris l’habitude d’entretenir un dialogue civilisé.

Or, Recep Tayyip Erdogan a saisi l’occasion de son déplacement pour multiplier les provocations à propos de la minorité musulmane de Thrace occidentale comme à propos des frontières en mer Égée.

Il parle comme s’il préparait la guerre, même si en fait il semble bien que ses menaces soient essentiellement destinées à flatter la part la plus chauvine de l’opinion turque. Son propos le plus explosif et le plus dangereux visait ni plus ni moins à remettre en cause le traité de Lausanne de 1923, lequel n’est nullement un simple “accord frontalier” comme on a pu le lire, mais le règlement régional définitif de la Première guerre mondiale, le traité de Sèvres de 1920 n’ayant pas été appliqué. Cette menace d’une remise en cause extrêmement dangereuse pour tout le sud-est européen n’est pas nouvelle dans les discours d’Erdogan : elle a commencé avec l’anniversaire de la république kémaliste à laquelle Erdogan, son parti et leurs inspirateurs islamistes reprochent en fait d’avoir aboli l’Empire ottoman et d’avoir cherché à faire entrer leur pays dans l’Europe et dans la modernité.

Pourquoi donc le grotesque Tsipras, qui se ridiculise chaque fois qu’une réunion européenne ou internationale lui en donne l’occasion, a-t-il accepté cette incursion provocatrice d’Erdogan ? Pourquoi a-t-il cherché le 9 décembre à obtenir, après coup, l’approbation du Comité politique de Syriza ? Pourquoi son ministre des Affaires étrangères Kotzias en a-t-il rajouté le 11 décembre, une couche en faisant l’apologie de ces accords ?

Tout simplement parce que Tsipras sait que les quelques milliers de réfugiés, parqués dans des camps financés par l’Europe, dans les îles de la mer Égée orientale, où la population n’en peut plus, constituent un matériau explosif et qu’il va bientôt se trouver contraint d’en rendre compte : dans le meilleur des cas lors d’élections prochaines, sinon devant les tribunaux appropriés.

C’est sur ce terrain qu’il a cru pouvoir se contenter de la promesse d’Erdogan d’appliquer tout simplement les accords de rapatriement, en échange de quoi on a laissé ce personnage multiplier ses provocations, allant jusqu’à une prédication islamiste dans la mosquée de Komotini, en territoire grec, c’est-à-dire en terre d’Europe.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent