Zones de non-droit I-Média

I-Média : Emeutes de Mantes-la-Jolie, cachez ces zones de non-droit !

26/11/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Zones de non-droit à Mantes-la-Jolie ! Depuis une dizaine de jours, la police ne peut plus accéder au quartier du Val-Fourré sans que des voyous ne provoquent une émeute. Zone de non droit, «no go zone », une expression inacceptable pour la presse mais qui reflète pourtant la réalité. Tel est le sujet principal de cette nouvelle édition de I-Média, l’émission de décryptage des médias de Jean-Yves Le Gallou sur TV Libertés.

Egalement au sommaire :

Le Zapping d’I-Média

• Pour Raphaël Enthoven, c’est par islamophobie que l’Église modifie la traduction d’un mot du Notre-Père.

Le 21 novembre, le philosophe s’est livré à une interprétation très personnelle de la nouvelle traduction du Notre-Père : « Tous les fidèles francophones qui diront le Notre-Père ânonneront quotidiennement à mots couverts : chez nous, Dieu ne soumet pas, nous ne sommes pas du tout des musulmans. » La chronique a suscité une vive réaction sur les réseaux sociaux, mais le jeudi 23 novembre Raphael Enthoven a fait sa chronique sous forme de mea culpa : la chronique du mardi n’était « pas bonne, mauvaise et surtout maladroite ».

• Allemagne : l’immigration pomme de discorde

L’avenir d’Angela Merkel serait compromis. La chancelière n’est pas parvenue à unir les partis pour créer son gouvernement. Pour les médias, la faute en incombe aux électeurs qui ont mal voté, mais aussi au FDP qui refuser de négocier avec la CDU. Mais la question de l’immigration, pomme de discorde en Allemagne a été évincée par les journalistes.

Les Tweets d’I-Média

• Samuel Laurent, responsable des « décodeurs », dresse sur Twitter la liste des sujets polémiques de novembre : prières de rue à Clichy, écriture inclusive, cigarette au cinéma, Sud éducation dans le 93. Des faits d’actualité qualifiés par le journaliste de polémiques pour interdire ou dénigrer des débats d’actualité.

• Les gros d’internet censurent les médias russes
Les grands acteurs d’internet dans une lutte acharnée contre les médias russes. Google, Facebook, Twitter, veulent lutter contre Russia Today et Sputnik. Mais la liberté d’expression sera la première victime.