Edouard Philippe Ecriture inclusive

Ecriture inclusive : Edouard Philippe tente de mettre fin à la bataille des sexes

L’écriture inclusive ne passera pas. Du moins dans les textes officiels. Alors que depuis des mois le débat sur l’écriture inclusive fait débat et divise, notamment depuis la parution d’un manuel scolaire (chez l’éditeur Hatier) en écriture inclusive, le Premier ministre Edouard Philippe, tout comme le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a dit « non » à cette règle d’égalité concoctée, réclamée et portée par les passionarias et autres agité.e.s (avec un point de séparation comme elles/ils voudraient que soit désormais la nouvelle règle d’orthographe pour ne pas fâcher ces dames) du bocal du militantisme féministe.

Il n’y aura donc pas d’écriture inclusive dans les textes officiels. Ainsi en a décidé le Premier ministre qui a donné consigne aux membres du gouvernement de bannir des textes officiels cette forme d’écriture qui remet en cause la règle d’accord de la langue française. Règle selon laquelle, au pluriel, « le masculin l’emporte sur le féminin ».

« Outre le respect du formalisme propre aux actes de nature juridique, les administrations relevant de l’Etat doivent se conformer aux règles grammaticales et syntaxiques, notamment pour des raisons d’intelligibilité et de clarté de la norme », a précisé Edouard Philippe en invitant, « en particulier pour les textes destinés à être publiés au Journal officiel [JO] de la République française, à ne pas faire usage de l’écriture dite inclusive ».

Avec cette note [parue] mercredi 22 novembre dans le JO, le Premier ministre met donc fin à cette bataille des sexes portée par les cercles de féministes (et autres associations LGBT) hargneux envers le genre masculin.

Une sage décision qui n’est pas du goût de tou.te.s. A commencer par celle qui se moque éperdument des consignes, conseils, avis en désaccord avec sa dictature : Anne Hidalgo, la teigne de Paris.

Dénonçant une « décision autoritaire » de la part de Matignon, et question décision autoritaire elle en connaît un rayon la khmer de Paris, Anne Hidalgo s’est dite personnellement favorable à l’écriture inclusive et a fait savoir dès mardi qu’elle comptait bien ne pas se plier à cette décision. Plus têtue qu’une vachette d’Interville, la dame.

Pierre Malpouge

Article paru dans Présent