L’Arabie saoudite entre impérialisme agressif et despotisme éclairé ?

22/11/2017 – ARABIE SAOUDITE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Alors que la guerre contre l’Etat islamique se termine, plusieurs États du Moyen-Orient reprennent l’initiative. On constate une lutte d’influence entre l’Iran, l’Arabie Saoudite, Israël et la Turquie.

C’est notamment le royaume des Séoud qui essaye de contrer l’influence iranienne…

… et d’apparaître comme le chef de file des pays arabes. Pour ce faire, le prince héritier Mohammed ben Salame (« MBS » pour les intimes) a engagé une offensive sur deux terrains. Sur le plan intérieur d’abord, il a engagé une vaste purge au sein des élites corrompues d’Arabie saoudite : des dizaines de dignitaires ont été placés en résidence surveillée, sans doute dépossédés d’une partie de leurs avoirs, voire physiquement neutralisés.

Mais à quelle fin ?

On peut émettre l’hypothèse – optimiste – que MBS veut faire de son pays un Etat moderne, à même d’offrir un modèle crédible aux pays arabes, autrement que par le wahhabisme. C’est d’ailleurs peu après la visite de Trump à Ryad appelant à en finir avec l’islamisme que l’Arabie Saoudite a montré des signes de déradicalisation islamique : ouverture de cinémas, permis de conduire pour les femmes, et paraît-il fin du soutien au djihadisme au Moyen-Orient.

Cette rupture avec le djihadisme a d’ailleurs été mise en avant par l’Arabie Saoudite dans la rupture avec le Qatar ?

La politique extérieure est le deuxième terrain de l’offensive du prince héritier. Il y a d’abord eu le quasi-blocus du Qatar en juin dernier, accusé de soutenir le terrorisme islamiste – mais aussi pays proche de l’Iran. Il y a désormais la tentative de déstabilisation du Liban, en essayant de déclencher un conflit interne contre le Hezbollah, soutenu par l’Iran et craint par Israël. Par ailleurs, la guerre au Yémen contre les chiites se poursuit. S’il se confirme que l’Arabie saoudite a rompu avec le djihadisme en Syrie et en Iraq, ce sera une bonne nouvelle pour la reconstruction de ces pays. Mais l’impérialisme agressif de MBS dans la région est source d’inquiétudes.