Balance ton porc

Balance Ton Porc : attention aux dérives

Delicatessen Balance Ton PorcDepuis le 5 octobre, l’affaire Harvey Weinstein fait couler de l’encre, nourrit les chroniques radiophoniques et… délie les langues des femmes. […] Comme dans l’affaire Dominique Strauss Kahn en 2011, « tout le monde savait, personne ne parlait ». Mais l’affaire Weinstein va dépasser l’affaire DSK dans son traitement médiatique, grâce aux journalistes, grâce aux réseaux sociaux, grâce au hashtag #balancetonporc. Les médias ont parlé de « libéralisation de la parole », on pourrait parler de dénonciation.

Les critiques se sont concentrées sur l’homme blanc dominateur, sans évoquer un instant les problématiques de harcèlement lié à l’immigration.

Les chrétiens premiers coupables

L’actrice Florence Darel a été, elle aussi, victime des agissements du réalisateur. Elle était donc (logiquement) l’invitée le 12 octobre de l’émission « Quotidien » animée par Yann Barthès. A émission politiquement correcte, il fallait une déclaration politiquement correcte : « Quand les hommes vont-ils comprendre que les religions ont, depuis des siècles, fait que les femmes portent un poids ? Celles par qui le péché arrive. » En gros, et pour résumer, c’est à cause des religions que les agressions sexuelles existent.

La séquence est forte en émotion. Elle est reprise dans de nombreux médias pour faire le « buzz ». Florence Darel visait toutes les religions dans sa déclaration. Mais Sophia Aram, la pseudo-humoriste de France Inter, va se servir de cette séquence pour viser directement la religion chrétienne : « Il n’y a que la religion pour introduire des mécanismes aussi pervers dans notre inconscient collectif. (…) On peut toujours déclarer, comme Eugénie Bastié, que le christianisme a inventé le féminisme. »

Pour Sophia Aram, la chrétienté est machiste, d’ailleurs saint Paul en est responsable : « Dieu est le chef de l’homme, et l’homme est le chef de la femme. »

Mais Sophia Aram n’est pas théologienne, et outre le fait qu’elle ne peut interpréter les textes de saint Paul comme les Pères de l’Eglise, elle oublie surtout l’histoire de l’Eglise. La chrétienté a su mettre en avant la femme, non seulement par consécration de la Vierge Marie, mais aussi par la canonisation de nombreuses saintes.

Libérer, dénoncer

j’ai-vu-les-memes-abrutis-denoncer-les-juifs-puis-tondre-les-femmesLe 15 octobre, la journaliste Sandra Muller lance sur Twitter le hashtag #balancetonporc. Des centaines de milliers de femmes ont « témoigné », ou plutôt balancé leurs agresseurs. Pour les journalistes, joie, jubilation, allégresse, la parole des femmes se libère. Le Parisien, comme Libération, vont, le 17 octobre, en faire leur une : « Harcèlements, viols, agression. Porcs sur le gril. » Si les faits dénoncés sont éminemment condamnables, ce hashtag introduit une confusion entre la « dénonciation » et la « parole libérée ».

Pour Elisabeth Lévy dans Causeur, « le grand Délathon a commencé ».

Le philosophe journaliste Raphaël Enthoven souligne, lui aussi, sur Europe 1, les dangers de la dénonciation via les réseaux sociaux : « La meilleure intention du monde culmine parfois dans la délation. (…) La justice met des années à condamner, alors que Twitter met dix minutes (…) seulement sur Twitter votre dossier n’est jamais examiné, un seul témoignage suffit à vous condamner. Les condamnations sont sans appels puisque les réseaux sociaux n’oublient jamais. »

Pour Eric Zemmour, ce hashtag relève purement et simplement de la délation :

« Pendant la guerre, on aurait dit de libérer la parole aussi… Dénonce ton juif ça aurait été parfait. »

Balance ton porc a été un hashtag pour culpabiliser l’homme et la question du comportement de la femme a été oubliée, évincée. Ingrid Riocreux souligne, dans Causeur, que les propositions indécentes d’un homme de pouvoir n’évincent pas la question de l’honneur.

Une situation de pouvoir amène des choix : on peut choisir d’être fidèle à soi-même, ou choisir de se soumettre. Un homme aussi pourra subir des pressions. Elles pourraient venir de sa hiérarchie pour qu’il renonce, par exemple, à ses idées politiques.

Le porc qui cache la porcherie

 

Balance Ton Porc Hips[…] Pour Charlotte d’Ornellas au micro de Pascal Praud, il n’y a pas de doute, le hashtag #balancetonporc n’est là que pour stigmatiser le mâle blanc dominateur, « on est encouragé à lui taper dessus ». Peu de journalistes ont évoqué les problèmes de harcèlement venant de populations d’immigrés. Les faits sont simples, Charlotte d’Ornella déclarait : « Je peux me balader dans le XVIe arrondissement en jupe, je ne peux pas dans le XVIIIe. »

L’affaire Weinstein suivie du hashtag #balancetonporc a été là pour stigmatiser l’homme blanc dominateur. Les journalistes ont refusé de parler des agressions sexuelles mettant en cause des immigrés. En mai dernier, des femmes du quartier de la Chapelle-Pajol se plaignaient de ne pouvoir se déplacer sans être harcelées. La Chapelle-Pajol est un quartier de Paris à forte concentration d’immigrés.

Lors de la Saint-Sylvestre de 2016 à Cologne, des milliers de femmes ont été agressées sexuellement par des migrants. Ces faits ont été occultés, les migrants ne sont pas blancs. Il ne faut pas les stigmatiser.

Hervé Grandchamp

Extraits d’un article paru dans Présent
daté du 25 octobre 2017