Chevènement

Jean-Pierre Chevènement : « La démission de M. Lussault est une bonne nouvelle »

29/09/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Dans un long entretien au Figarovox, Jean-Pierre Chevènement se félicite de la démission de Michel Lussault de la présidence du Conseil supérieur des programmes :

« Monsieur Lussault, il y a un an, s’était insurgé contre la possibilité d’enseigner le récit national, au risque disait-il de“désespérer Billancourt“, entendez les salles de professeurs dans les collèges et les lycées. J’avais eu alors l’occasion de lui faire observer que le récit national était nécessaire à la démocratie car il faut un “demos“ pour que la République puisse vivre. Et ce “demos“, c’est le sentiment d’appartenance collective qui nous réunit en tant que citoyens français. Nous sommes une nation de citoyens, mais nous ne sommes pas décidés à perdre la mémoire de ce que nous avons fait ensemble et de ce qui nous a faits. La démission de Monsieur Lussault est donc plutôt une bonne nouvelle pour la République. »

L’ancien ministre de l’Education nationale approuve également l’orientation prise par l’actuel ministre, Jean-Michel Blanquer :

« J’approuve fondamentalement l’orientation que cherche à donner Monsieur Blanquer au ministère de l’Éducation nationale. Il a mis le doigt sur l’essentiel, c’est-à-dire les inégalités qui se créent dès la petite enfance. On peut observer dès l’âge de cinq ou six ans une différence fondamentale entre un enfant qui ne bénéficie que d’un stock de 200 mots à côté de ses petits camarades qui eux, de par leur famille, en possèdent 2000. »

Jean-Pierre Chevènement ajoute :

« Je crois à “l’effet-maître“. C’est une politique réellement progressiste qui rompt avec le bla-bla pédagogiste. La réussite de cette politique suppose qu’on mette l’accent sur la mémorisation, sur l’acquisition du vocabulaire et sur le calcul mental. Cela suppose que les programmes soient clairement fixés. C’est, en dernier ressort, le rôle du ministre.