Pétition contre Colbert, ou comment la bienpensance veut réviser l’histoire

21/09/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Une tribune intitulée “Débaptisons les collèges et les lycées Colbert” a été publiée à l’attention du ministre de l’Education nationale, par le journal Le Monde, le 17 septembre dernier. Initiée par le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), elle a été signée, entre autres, par le journaliste Harry Roselmack et le joueur de balle au pied Lilian Thuram.

Que demandent ces défenseurs du politiquement correct ?

Ils veulent épurer les frontons des lycées et des collèges du patronyme de Colbert, susceptibles selon eux, d’offenser certaines minorités ethniques.

Au nom de la lutte contre la glorification d’un passé et de principes esclavagistes, ils estiment que Colbert n’est pas compatible avec la devise nationale « Liberté, Égalité, Fraternité »

D’après ces militants, Colbert va à l’encontre du, je cite : « Vivre ensemble ? et des valeurs républicaines ». Ils le dépeignent sous l’angle unique du Code noir et de la Compagnie des Indes Occidentales. Même s’ils reconnaissent les qualités intellectuelles de l’homme qui a su, je cite : « Rétablir la grandeur de l’économie française à l’époque », ils isolent de leur contexte historique, ces deux symboles synonymes d’injustice et s’attaquent à la moralité du personnage.

Que préconisent-ils ?

D’après eux, le nom des bâtiments ne doit pas garder la mémoire des criminels. Ils exigent donc de renommer les écoles aux noms de héros abolitionnistes et proposent pour exemple, le nom du guadeloupéen Delgrès.

Aux Etats-Unis déjà, une chasse aux sorcières semblable, avait conduit au déboulonnage de plusieurs statues de figures sudistes de la guerre de sécession.

Notons que cette révision de l’histoire s’opère au profit d’une morale bienpensante qui vise à nous dire qui nous devons admirer et qui nous devons détester. Ces historiens justiciers oublient simplement de dire que parmi les esclavagistes, il y avait aussi des maîtres d’esclaves noirs.