Rohingyas

Rohingyas : qui a donc intérêt à jeter de l’huile sur le feu ?

13/09/2017 – MYANMAR (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : L’attention des médias est dirigée vers des violences ethniques mineures au Myanmar, l’ancienne Birmanie. Selon la presse « occidentale », les Rohingyas musulmans sont injustement ostracisés, chassés et tués par des foules bouddhistes et par l’armée dans l’Etat d’Arakan près de la frontière avec le Bangladesh. Les organisations humanitaires occidentales comme Human Rights Watch joignent leurs voix à celles d’islamistes comme le président de la Turquie, Erdogan, pour déplorer le sort des Rohingyas. Cette curieuse alliance s’est également nouée pendant les guerres en Libye et en Syrie. Est‑ce que quelqu’un jette de l’huile sur le feu ?

Il semble que oui. L’ancien conflit ethnique dans l’Etat d’Arakan est très ancien. Mais il s’est transformé au cours des dernières années en une guerre de guérilla djihadiste. Selon le site de réinformation « Moon of Alabama », cette guerre serait financée et dirigée par des Etats musulmans telle l’Arabie saoudite.

La zone a en effet un intérêt géostratégique. L’Etat d’Arakan est une sortie vers l’Océan Indien. Dans cette zone sont prévues des réalisations chinoises pour un montant d’un milliard de dollars : une zone économique, un port en eau profonde. Des oléoducs et gazoducs sont reliés à la province chinoise du Yunnan. Ils permettent l’importation d’hydrocarbures du golfe persique vers la Chine tout en évitant le goulet d’étranglement du détroit de Malacca et les sites de la mer de Chine méridionale qui font l’objet d’une contestation. Les puissances du Golfe et les Etats‑Unis peuvent ainsi avoir intérêt à mettre des bâtons dans les roues des projets chinois, en ravivant une opposition ethnique latente.

Les Rohingyas ont‑ils une légitimité historique à vivre en Birmanie ? Les Rohingyas sont des immigrés, de plus ou moins longue date. Ils immigrent dans les régions du nord de l’Etat actuel d’Arakan au Myanmar depuis le XVIe siècle. Il y a eu une grande vague d’immigration sous l’occupation impériale britannique, il y a environ cent ans. L’immigration illégale en provenance du Bangladesh s’est poursuivie au cours des dernières décennies. Au total, environ 1,1 million de Rohingyas musulmans vivent au Myanmar. Le taux de natalité des Rohingyas est plus élevé que celui des Bouddhistes locaux d’Arakan. Ces derniers se sentent sous pression dans leur propre pays, qui a localement connu un grand remplacement de population.