Jon Voight Transformers

Hollywood ou le cinéma au service des barbouzes de l’hyperpuissance

Quel rapport entre la série des Transformers, les block-busters de James Bond et des centaines d’autres films et téléfilms de grand public ? Rien en apparence, sinon que leurs scénarios portent tous l’empreinte des « agences » du renseignement américain !

National Security CinemaC’est ce qui ressort de l’enquête menée par Tom Secker et Matthew Alford, de la plateforme d’investigation civique Insurge Intelligence. L’épluchage de plus de 4 000 pages de documents obtenus en invoquant le Freedom of Information Act a débouché sur la découverte d’une manipulation si massive de la narration cinématographique et télévisuelle qu’elle a donné lieu à un livre au titre évocateur : National Security Cinema.

Inflexions patriotiques et sécuritaires, désignation implicite d’ennemis opportuns, déformation orientée de faits historiques par leur contrepartie frictionnelle : tout y passe, à une échelle dont Goebbels et Jdanov pouvaient seulement rêver !

« Ces documents révèlent pour la première fois l’ampleur de l’immixtion gouvernementale à Hollywood, comprenant la faculté de manipuler les scénarios voire de prévenir la production de films trop critiques du Pentagone… Cela soulève de nouvelles questions non seulement sur la manière dont la censure fonctionne dans l’industrie du divertissement moderne, mais également sur le rôle méconnu de Hollywood en tant que machine de propagande au service de l’appareil de sécurité national. »

Ci-dessus, Jon Voight dans Transformers. Dans cette scène, au moment où les troupes américaines sont attaquées par un robot Decepticon, l’agent de liaison hollywoodien du Pentagone, Phil Strub, a inséré la réplique : « Ramenez-les à la maison », conférant aux militaires des vertus protectrices et paternelles. On sait qu’en réalité le Département de la Défense fait tout le contraire.

Texte repris d’Antipresse