Après les législatives, une majorité de Français en état de sécession ?

22/06/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
A l’occasion des législatives une majorité de Français, ce sont, de facto, mis en état de sécession vis à vis de la Ve République française.

Retour sur les chiffres, rien que les chiffres

Au premier tour de l’élection législative 51 % des Français ne sont pas allés voter. 357 000 d’entre eux ont voté blanc et 156 000 ont vu leur vote compté nul. Au total, pas loin de 25 millions d’électeurs sur 47 000 000 n’ont accordé leur voix à aucun des multiples candidats qui se présentaient.

Cela signifie, par exemple que la population de Bretagne additionnée à celle de Bourgogne Franche Comté, d’Auvergne Rhône Alpes, Centre Val de Loire, Grand Est, et de Normandie, soit 6 régions sur 13 de la France métropolitaine, ne s’est pas reconnue dans le fonctionnement des institutions de la République française.

Quels sont les ratios nombre de voix, nombre de députés

Au second tour, les candidats de La République en marche remportent 306 sièges de député (sur 577) en ayant été choisis par 16 % des inscrits. Si l’on compare, avec le score global au premier tour 13 % des inscrits et au final 8 députés, cela signifie qu’avec seulement à peine moins de 3 fois plus de voix que le FN, le parti d’Emmanuel Macron obtient 38 fois plus de sièges à l’Assemblée nationale.
La France insoumise, qui obtient 17 députés, est légèrement mieux (mais très peu) lotie que le FN 3 fois moins de voix que La République en marche, mais 18 fois moins de députés.
Les Républicains (avec l’UDI) ont obtenu 113 députés avec 4,5 millions de voix au second tour et 4,2 millions au premier tour. Là encore, la comparaison nombre de députés / nombre de voix est révélatrice.
Qu’on le souhaite ou non, la France est un pays en état avancé de sécession. La rentrée pourrait être chaude…