Quand Édouard Philippe critiquait Emmanuel Macron