Les investitures d’En Marche pour les législatives

12/05/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Ce mercredi, la République En Marche a annoncé les candidatures approuvées par le mouvement. De manière très artificielle, 214 hommes et 214 femmes ont été sélectionnés pour représenter les Français. Pour une partie, le renouvellement de la classe politique sera assuré par des députés de l’ancienne majorité. En effet, 24 députés investis hier sont des socialistes sortants.
Sur les 577 sièges de députés seulement 428 ont été investis. Il reste des inconnues : quelles circonscriptions seront laissées au Modem ? Combien de candidats sans être investis seront soutenus par la République en Marche ?

Pourquoi avoir laissé plus de 150 candidatures sans noms ?

Richard Ferrand secrétaire général du mouvement En Marche expliquait à propos des potentiels candidats LR, je cite : « Aujourd’hui, il y a un certain nombre d’élus républicains qui ont déclaré vouloir participer au rassemblement. Nous allons en prendre en compte certains, il leur faut un peu de temps ». Emmanuel Macron ne souhaite pas visiblement perdre de potentiels ralliements.

Qu’en pensent les autres formations politiques ?

C’est surtout François Baroin, chef de file des Républicains pour les élections législatives qui s’est prononcé. Il dénonce les « approximations » d’En Marche et trouve “assez curieux de diffuser à une semaine d’intervalle, avec au milieu la constitution d’un gouvernement, deux vagues de candidats investis de ce parti”.

Manuel Valls est il toujours au cœur de l’actualité ?

Manuel Valls n’est pour l’instant pas investi, mais le mouvement d’Emmanuel Macron ne présentera pas de candidat contre lui. Selon Jean Paul Delevoye, président de la commission d’investiture de La République En Marche la demande d’investiture de Manuel Valls « n’est pas à ce jour dans le critère d’acceptation de sa demande ». Ce à quoi le principal intéressé répond “On verra. Mais il ne faut pas être inquiet. Je suis déterminé à porter les couleurs du progrès et de la République. Et je serai de toute façon engagé dans la majorité présidentielle”.