eric-zemmour

Eric Zemmour : « Marine Le Pen n’a pas imposé sa marque sur cette présidentielle »

13/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Marine Le Pen se tasse dans les sondages. Serait-ce que sa campagne patine ? Pour Éric Zemmour, « ce n’est pas seulement une affaire de sondages », et, de toute façon, beaucoup rêveraient d’être aussi haut. Il n’y a « pas d’effondrement à la Hamon, pas de dynamique à la Mélenchon. Pas de désespoir à la Fillon, mais pas d’euphorie à la Macron ».

En fait, la critique d’Eric Zemmour est bien plus féroce et, pour surprenante qu’elle soit, elle mérite d’être entendue, même si elle semble bien prématurée :

« La campagne de Marine Le Pen n’est pas mauvaise mais elle n’est pas bonne. Elle ne s’essouffle pas car elle n’a jamais eu de souffle. Elle n’est pas inutile, mais on se demande si elle est utile. »

Pourquoi un tel jugement ? Parce que, estime Zemmour,

« Marine Le Pen n’a pas imposé sa marque sur cette présidentielle. Elle n’a pas eu sa “France unie“, à la Mitterrand, ou sa “fracture sociale“, à la Chirac. »

« Pourtant, poursuit l’éditorialiste, l’Histoire semblait avoir dégagé le terrain pour elle. Il y avait eu les attentats islamistes de 2015, les vagues de migrants de 2016. Il y avait eu le Brexit, et Trump. Il y avait eu encore, il y a quelques jours, les attentats de Londres et de Stockholm. Que demander de plus ? »

Alors ? Alors, Marine Le Pen, constate Eric Zemmour, n’en a pas rajoutée sur ce chapitre. « Comme si le sujet ne l’intéressait pas vraiment, comme si elle avait surtout envie de sortir du registre hérité de son père, comme si elle avait envie de parler de sujet nobles : l’Europe, la souveraineté, l’économie, l’industrie, l’euro. » Or « l’euro est justement le thème qui l’empêche de progresser auprès de retraités qui ont peur pour leurs économes ».

« A peine sortie de la diabolisation morale, assène-t-il, elle est entrée dans une diabolisation économique. »

Sans parler de « ceux qui reprochaient à son père d’être pétainiste [et qui] lui reprochent désormais d’être gaulliste » ! Mais « même la mauvaise foi de ses adversaires ne parvient pas à réveiller une campagne atone », ajoute-t-il encore.

Sévère, Zemmour ? Très. Un éditorial insolite, sur celle qui est toujours en tête des intentions de vote, et qui sera à réécouter le 23 avril prochain, à 20 heures, pour savoir qui, de Marine Le Pen ou d’Eric Zemmour, aura eu raison.