Marine Le Pen

Les dix mesures de Marine Le Pen pour répondre à l’urgence

Alors que l’on peine à trouver du concret dans le programme de son principal rival Emmanuel Macron, Marine Le Pen a annoncé les dix mesures qu’elle prendrait dès les deux premiers mois de son mandat. Dix mesures à effet immédiat sur le quotidien des Français. Plus que n’en a fait Hollande en cinq ans.

L’inverse de celui de l’acteur président de la République, l’agenda présidentiel ne sera pas envahi par l’inauguration des chrysanthèmes ou la légion d’honneur de Line Renaud. Marine Le Pen veut entrer dans le vif du sujet tout de suite. « Je nous donne six mois de négociation avec l’UE, au terme desquelles c’est vous qui déciderez, par référendum, de notre appartenance ou non à l’Union européenne », expose la candidate, « mais il n’est pas question de ne rien faire pendant cette période ».

En matière de sécurité où l’urgence est vitale, Marine Le Pen veut suspendre immédiatement les accords de Schengen et rétablir les contrôles aux frontières, expulser les fichés S étrangers et déchoir de leur nationalité les binationaux « convaincus de liens avec le djihadisme ». Rappelons que cette mesure aurait évité que plusieurs auteurs d’attentats islamistes ne se trouvent sur notre sol au moment où ils ont fait des carnages.

Concernant les institutions, Marine Le Pen organisera un référendum pour mettre en place « la proportionnelle, le référendum d’initiative populaire, la priorité nationale, la défense de notre identité de peuple et de notre patrimoine historique et culturel, et la réduction du nombre de députés et de sénateurs ».

Elle compte également abroger très rapidement plusieurs lois, en priorité les lois pénales Dati et Taubira sur la contrainte pénale, ainsi que la loi Travail, adoptée en août dernier. Elle annonce qu’elle veut baisser de 10 % les trois premières tranches de l’impôt sur le revenu, rétablir la demi-part fiscale supplémentaire pour les veuves et veufs, la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisation, la défiscalisation et la majoration des heures supplémentaires et revaloriser les petites retraites.

Concernant les aides aux entreprises, Marine Le Pen veut réorienter 50 milliards d’euros de baisses de charges du CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, ndlr) vers les TPE et PME. Elle promet aussi de supprimer au plus vite l’aide médicale d’Etat (AME), qui permet aux étrangers en situation irrégulière de bénéficier d’un accès aux soins et nous coûte près d’un milliard par an.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 14 avril 2017