Le journal Minute fait de l’orateur Mélenchon l’héritier de Jean-Marie Le Pen

Minute Mélenchon Le Pen12/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : A la une de l’hebdomadaire Minute, ce titre : « Le tribun Le Pen a trouvé son héritier, il s’appelle Mélenchon » ! Ce que vient appuyer non seulement un article élogieux sur les talents oratoires du candidat de La France insoumise, mais aussi un entretien avec Jean-Marie Le Pen, qui confirme que « Mélenchon s’est révélé un orateur public de qualité ».

Le président d’honneur du Front national revendique même l’antériorité de la façon de discourir adoptée par Mélenchon, en révélant qu’il s’était lui-même inspiré des évangélistes américains :

« Je crois avoir été le premier en France, il y a déjà vingt ou trente ans de cela à parler de cette manière, en arpentant la tribune et en parlant sans notes. J’avais vu les évangélistes utiliser ce procédé aux Etats-Unis, lors de meetings très organisés, soigneusement mis au point, en utilisant beaucoup de caméras et de prises de vue qui filmaient non seulement l’orateur mais aussi un certain nombre d’éléments du public, considérés comme des spectateurs “test“, et qui donnaient à cette prestation un caractère théâtral, spectaculaire.

Dans un article titré « Les gens entendirent une voix et se turent : c’était Mélenchon », Henri Langeau écrit :

« Après cinq ans de Hollande, cinq années de platitude absolue, un quinquennat de coma intellectuel, la gauche renaît et surprise : elle est de gauche ! Elle est de gauche comme la droite devrait être de droite, et elle l’est par le verbe d’un orateur hors pair, ancien sénateur socialiste, certes, mais ancien militant trotskiste, qui a compris mieux que tout autre que l’élection présidentielle est l’affaire d’un peuple à la rencontre d’un peuple, et non plus des appareils politiques, qu’ils soient vermoulus ou pyramidaux – et souvent les deux. »

Et le journaliste de Minute confirme le parallèle établi en une :

« À l’observer et à l’écouter, il est difficile en effet de ne pas penser à Jean-Marie Le Pen, qu’on présentait comme le dernier des orateurs de la Ve République, et qui a trouvé en Mélenchon un digne successeur. De Le Pen, l’ancien meneur du Front de gauche possède le lyrisme, le mordant, le sens de la formule et la pédagogie. »

Une comparaison qui a déjà suscité pas mal de commentaires, dont celui de BFM : « Pas sûr que Jean-Luc Mélenchon goûte le compliment. »

Un article et un entretien à lire dans leur intégralité
dans le n° 2887 de Minute daté du 12 avril 2017