Vincent Coussedière : « Le retour des peuples dépasse les partis populistes »

18/03/2017 – EUROPE (NOVOpress)
Agrégé de philosophie, Vincent Coussedière a été révélé au grand public avec son premier livre Éloge du populisme.

Vincent Coussedière tient à distinguer le «retour du peuple» aux partis dits «populistes» :

Lorsque je parle du «retour du peuple», je n’identifie pas ce retour aux partis dits «populistes». En effet l’idée selon laquelle le «peuple» ferait son retour à travers un parti serait contradictoire. Le peuple n’est par définition pas un parti, aucun parti ne peut prétendre être le peuple, mais seulement une partie de celui-ci. Je ne cesse en effet de répéter depuis 2012 (Voir mon Éloge du populisme) que le «populisme du peuple» ne se confond avec aucun parti, mais doit plutôt s’interpréter comme la pression exercée par des peuples voulant conserver leur existence sur des systèmes partisans incapables de les protéger. Les peuples européens ont bien compris que ces mêmes partis étaient plutôt disposés à accélérer leur liquidation! Le «retour du peuple» s’exprime donc tout autant dans le vote pour des partis «populistes» que dans la désaffection à l’égard de systèmes partisans sur les ruines desquelles ces mêmes partis tentent de faire fortune, désaffection qui peut aussi se traduire par l’abstention ou par la volatilité du vote. Le «populisme du peuple» que je définis comme la réaction des peuples à leur décomposition ne se traduit donc pas forcément par l’adhésion aux partis «populistes». Ceux-ci ont certes une longueur d’avance sur les partis traditionnels mais rencontrent en même temps une méfiance de la part des peuples. Après tout ils sont aussi des «partis» et l’on se demande s’ils sont vraiment différents des autres… Il est donc sans doute encore trop tôt pour parler de «recomposition politique» comme vient de le montrer ce relatif échec de Wilders aux Pays Bas.