hce

Le Haut Conseil à l’égalité veut intensifier la novlangue du genre

guide-egalite-hommes-femmes14/12/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie: Le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes vient de publier l’édition 2016 du Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe. Ce guide sera appliqué par plusieurs organismes publics, notamment des ministères ou encore l’ENA.

Que se cache‑t‑il derrière cette expression caractéristique de la novlangue progressiste ? Il s’agit de mettre fin à ce qui est présenté comme une domination masculine à tous les niveaux de la société. Le genre masculin serait ainsi une arme ayant pour but « d’invisibiliser les femmes ». Sont aussi portées 10 propositions visant à combattre le sexisme supposé régnant, notamment : « accorder les noms de métiers », « équilibrer le nombre de femmes et d’hommes » et surtout « former les professionnels et diffuser le guide ».

On peut relever une véritable confusion des genres. L’Académie française est la seule institution légitime en ce qui concerne la rectitude de la langue. Elle a, d’ailleurs reconnu la féminisation de certains noms selon les règles de dérivation propres au français, comme par exemple « avocate » ou « éditrice ». Mais elle rappelle aussi que la langue française ne dispose pas d’un suffixe qui permettrait une féminisation automatique de tous les noms.

Le rapport préconise aussi de parler de « droits humains » plutôt que de « droits de l’homme ». Là encore, alors que l’Académie rappelle la double valeur du masculin, qui est en français le genre non marqué, le rapport estime qu’il s’agit là d’un dangereux stéréotype qui empêche l’égalité entre hommes et femmes. Mais les recommandations ne portent pas que sur la langue, puisqu’il est par exemple écrit qu’il convient d’éviter d’offrir des roses au personnel féminin ! Une véritable entreprise idéologique.