Syrie : l’État islamique bouge encore

12/12/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie)

4 000 combattants de l’Etat islamique ont repris provisoirement le contrôle de la ville antique de Palmyre en fin de semaine. Les troupes gouvernementales syriennes ont réussi à évacuer de Palmyre 80 % des habitants, pendant que les avions bombardiers russes ont mené plus de 60 raids, infligeant de lourdes pertes dans les rangs djihadistes. Un revers provisoire néanmoins pour les forces de Bashar el Assad mobilisées à Alep.

Où en est la situation à Alep justement ?

D’après Sergueï Roudskoï, le chef du commandement opérationnel de l’Etat major général de la Russie, l’armée syrienne contrôle actuellement plus de 90 % du territoire de la ville d’Alep. Plus de 1 000 djihadistes ont déposé les armes et ont quitté l’est d’Alep. Ils sont 953 à avoir reçu l’amnistie du gouvernement syrien. Selon des experts sur le terrain, la libération totale de la ville est une question de semaines tout au plus. Mais avant que les civils ayant fui les combats puissent réintégrer leur domicile, il faudra déminer le territoire. Cette opération déminage a déjà commencé. Les militaires russes ont déjà sécurisé environ 8 hectares de territoire de la ville, neutralisant des explosifs dans 24 bâtiments, y compris deux écoles, deux mosquées et un transformateur.

Quelle est la position de l’Occident sur la situation en Syrie ?

Incorrigibles, aveuglés par leur désir de renverser Bashar el Assad, certains ont exprimé leur préoccupation envers les rebelles. Il en est ainsi de Laurent Fabius, président du conseil constitutionnel, je cite : « C’est un abattoir de la honte, ce qui se passe à Alep, puisque au moment même où nous parlons, les Syriens de Bachar, appuyés par les Russes, appuyés par des Iraniens, par d’autres, sont en train de tuer, de massacrer, des dizaines et des dizaines de civils, et, on ne bouge pas !» De même le chef de la diplomatie américaine John Kerry en a profité pour, je cite : « Saluer le courage et la bravoure » des djihadistes d’Al Al Qaida lors de sa remise de la Légion d’honneur. Enfin à noter le déplacement sur place de 3 parlementaires français, Hervé Mariton (LR), Cécile Duflot (EELV) et Patrick Mennucci (PS). Ils se disent préoccupés par la situation humanitaire des zones tenues notamment par… les rebelles.