Big Brother : création d’un fichier rassemblant des données sur les Français

03/11/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie)

La création d’un fichier rassemblant les données personnelles et biométriques de tous les Français suscite de vives inquiétudes.

Le 30 octobre dernier, à l’occasion du pont de la Toussaint, est paru le décret officialisant la création du fichier « Titres électroniques sécurisés » (TES).

Qu’en est il précisément ?

Cette base de données compile les données personnelles et biométriques de tous les détenteurs d’une carte d’identité ou d’un passeport français qui étaient jusqu’à aujourd’hui réparties dans deux fichiers distincts. Ce nouveau fichier comprend des données telles que la photographie numérisée du visage, les empreintes digitales, la couleur des yeux, la taille et les adresses physiques et électroniques.

N’y a t il pas un grand danger à constituer un tel fichier ?

En 2012, sous la majorité précédente, la création d’un tel fichier avait été votée au Parlement, avant d’être censurée par le Conseil constitutionnel. Les Sages s’étaient alarmés de la possibilité d’utiliser cet outil — non seulement à des fins de vérification d’identité –, mais également à des fins d’identification d’une personne par les services de police. Ceux ci auraient ainsi eu accès au dossier le plus important du monde.

Qu’est ce qui s’est donc passé depuis ?

Au contraire, le décret du 30 octobre prévoit que ce nouveau fichier ne comporte pas de dispositif permettant d’identifier une personne à partir d’une photo ou d’une empreinte. Il est également prévu que ce fichier ne pourra être consulté par la police, la gendarmerie et le renseignement que pour prévenir et réprimer des atteintes aux intérêts fondamentaux de la Nation et des actes de terrorisme.

Toute bavure serait donc écartée ?

Pour autant, le fichier existe et un futur gouvernement — ou des informaticiens malintentionnés — pourraient l’utiliser à d’autres fins.
Pour la Commission nationale informatique et libertés — CNIL — il est suffisant et bien plus protecteur de stocker ces données personnelles dans une puce intégrée au document d’identité lui même, plutôt que de rassembler les données de tous les Français dans un seul fichier.
Invoquer la sécurité semble parfois bien pratique pour donner les mains libres à l’Etat sur le dos de la liberté des citoyens !