Emir Kusturica dément un bobard russe sur sa non-sélection pour Cannes

24 avril 2016 | Actualité internationale, Culture, France, Politique

24/04/2016 – PARIS (NOVOpress) : Le dernier film d’Emir Kusturica, On the Milky Road, ne figure pas dans la sélection officielle du 69e Festival de Cannes, qui débutera le 11 mai prochain. Un acte de censure politique sur fond de tension entre la France et la Russie ? C’est ce qu’on pouvait penser à la lecture de la phrase attribuée par un média russe à Emir Kusturica : « Cannes a refusé mon film parce que je soutiens Poutine », phrase qui, propagée par The Guardian, a fait le tour des rédactions du monde entier. Sauf que…

Sauf que Kusturica n’a jamais dit ça. La radio russe NSN n’a pas interviewé le double lauréat de la Palme d’Or (en 1985, pour Papa est en voyage d’affaires, et en 1995, pour Underground), mais Mirko Radenovic, le manager du No Smoking Orchestra, la formation musicale de Kusturica. Radenovic a déclaré s’exprimer « au nom » du cinéaste. Alors ?

Alors Paula Vaccaro, coproductrice du film, a dû confier à The Hollywood Reporter que le film n’était tout simplement pas achevé et était encore en post-production, avant que Emir Kusturica ne soit obligé d’intervenir lui-même. Et dans ScreenDaily, il a confirmé : « Le Festival de Cannes voulait le film mais on n’a pas fini. Nous avons encore beaucoup de choses à faire. Nous devons terminer les effets spéciaux et nous avons aussi quelques modifications à faire : nous devons raccourcir un peu le film. »

On the Milky Road, avec Monica Bellucci et Emir Kusturica, également acteur principal, devrait être en compétition à la Mostra de Venise, qui s’ouvrira le 31 août.

Tout cela pour dire que tous les bobards ne proviennent pas que d’outre-Atlantique…

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.