De Al Gore à Barack Obama : comment le prix Nobel de la paix a perdu son sens premier