Sur Facebook, en janvier, Ayoub El-Khazzani s’attaquait à la France et à son passé colonial