Fabrice Luchini: «Un peu de poésie, à l’heure de l’écrasante puissance de la bêtise»