Pourquoi Palmyre est autant l’otage de l’Etat islamique que des Occidentaux