Comment l’État islamique a réorganisé son armée numérique sur Twitter