Pour Christophe Guilluy: «Le vote FN est devenu un vote de classe»