Cesare Battisti : l’insupportable hypocrisie de la gauche