L’État islamique veut araser le paysage de toute mémoire