«Français de souche, comme on dit» : le décryptage de Michèle Tribalat