Les Etats‑Unis et l’OTAN veulent à nouveau livrer des armes à Kiev

3 février 2015 | Actualité internationale, Europe, Politique

03/02/2015 – PARIS (NOVOPress via Bulletin de réinformation)
La lutte interposée contre la Russie se poursuit : les Américains veulent livrer des armes à Kiev pour lutter contre les séparatistes.

Fin janvier la  situation s’est détériorée en Ukraine. L’OTAN et les Etats-Unis pourraient fournir des armes à l’armée ukrainienne. Ces moyens sont demandés par un rapport qui conseille d’envoyer à Kiev 2,6 milliards d’euros d’armes et d’équipements défensifs. Le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, ne se dit pas hostile à une discussion sur cette question. Quant au commandant des forces de l’OTAN, Phillip Breelove, il se montre favorable à une fourniture d’armes.

Pourquoi l’OTAN et les Etats‑Unis feraient cette démarche ?
D’une part parce que les Etats‑Unis accusent la Russie de soutenir les militaires pro‑russes de l’est de l’Ukraine. Moscou a démenti être impliqué directement dans le conflit. D’autre part, la situation s’est dégradée depuis fin janvier avec une violente reprise des offensives modifiant la situation.

Quelle est cette situation ?
Les séparatistes ont commencé à reprendre de l’avance en investissant plusieurs villages depuis deux semaines. Surtout la ville de Krosny Partizan a été prise (elle est située à 30 km au nord de Donetz) par le commandant Douchman. Ce dernier explique que l’armée ukrainienne a bombardé la ville par vengeance. Les hostilités devraient durer, ainsi que l’explique le chef des séparatistes pro‑russes « Il n’y aura plus de trêve. Kiev ne comprend pas que nous avons les moyens d’attaquer dans trois directions à la fois ».

Photo : vue de Kiev. Crédit photo : Gouveia2, via Wikipédia, (cc).

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.