Pour André Bercoff, l’esprit Charlie n’a visiblement pas atteint le Doubs