Balles tragiques à Charlie Hebdo, 12 morts (Présent 8268)

Balles tragiques à Charlie Hebdo, 12 morts (Présent 8268)

08/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Hollande n’est absolument pas à la hauteur. Face à la guerre totale qui est déclarée, c’est un gugusse, un monsieur petite-blague que nous avons aux commandes du pays. Au cours de son allocution solennelle de crise hier soir, il a réussi l’exploit de ne prononcer ni le mot islamisme ni le mot islam, encore moins musulman. C’est un « terrorisme » mystérieux et anonyme qui aurait tout aussi bien pu être d’extrême droite (ah si seulement !) qui a massacré la rédaction de Charlie Hebdo et assassiné deux policiers. Ce n’est pourtant que le début.

Balles tragiques à Charlie Hebdo, 12 morts (Présent 8268)C’est dire si la soumission aux seules valeurs de l’antiracisme et de la pensée unique (que les islamistes considèrent comme notre plus grande faiblesse) est la plus forte et a déjà gagné la guerre. Entre la défense de la mémoire de ses potes libéraux-libertaires et couvrir l’islam, Hollande choisit de couvrir l’islam. Lâche au point de ne pas dénoncer les assassins par leur nom, de ne pas nommer le fléau. C’est une honte et une insulte pour ceux qui ont payé de leur vie. Dieu sait si Charlie Hebdo me répugnait et si je ne me sens pas plus « Charlie » ce matin qu’hier, mais ces journalistes et ces dessinateurs ne s’étaient pas couchés devant l’islam. Ils en sont morts. A la différence de Hollande et de la classe politique dans son ensemble. A la seule exception de Marine Le Pen.

Après les attentats de Noël que le gouvernement s’est employé soigneusement à minimiser et à dénier, que pouvait-il y avoir de plus emblématique, de plus significatif, quelle démonstration plus claire que ce carnage des fous d’Allah à Charlie Hebdo (« monument de la démocratie » selon Fleur Pellerin) aux cris de « Nous avons vengé le Prophète » ?

Apparemment ça ne suffit pas à tirer les conséquences qui s’imposent alors que la France est frappée à mort. Les ministres seront égorgés un par un en plein Conseil du mercredi par les barbus qu’ils continueront à brailler « pas d’amalgame, prudence, unité nationale ».

Ça devait arriver. C’était prévisible. Nous avons dit, écrit et réécrit les risques du retour programmé des Français partis faire le djihad. C’est toujours exaspérant d’entendre maugréer ça après un drame mais s’il y a un journal qui a le droit de l’écrire, c’est bien Présent. Nous n’avons jamais été dupes. La liberté de dénoncer l’islam a un prix. Charlie Hebdo le faisait en se moquant de Mahomet et du fanatisme religieux. Nous le faisons en dénonçant chaque jour l’islamisation et la dhimmitude dans laquelle s’enfonce notre pays.

Plutôt que de sonner le glas à Notre-Dame (ça les aurait fait bien fait rigoler les “fidèles chrétiens” de Charlie Hebdo), c’est le tocsin qu’il faut sonner aujourd’hui sur les mosquées.

Caroline Parmentier


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !