[Tribune libre] Chers babtous, redevenons maîtres chez nous ! – par Stella Costanzo

12/12/2014 – PARIS (NOVOpress)
Dimanche 23 novembre, il est 17h quand un CRS et sa femme sont en voiture. Victimes de la mauvaise conduite d’un automobiliste, ils vont être pris à partie par ce dernier et son passager, qui vont leur faire vivre un véritable calvaire. Descendus de leurs voitures, la situation va vite, comme toujours, dégénérer : insultes, coups de poing et de pieds pleuvent sur le CRS. Sa femme, qui tente de s’interposer, va alors goûter aux joies du multiculturalisme : « Sale française ! Sale race ! », lui lancent-ils. Aussi choquant que ce fait – pas si divers – puisse paraître, il est pourtant loin d’être isolé et… anodin.

Mars 2014, Reims : un garçon se promène et se fait traiter de « Sale Blanc ! », avant d’être roué de coups ; juin 2014, Ormesson : un père de famille policier et sa femme sont tabassés à coup de « Sales Blancs ! »… sans oublier ce désormais célèbre mais néanmoins sordide viol qui a eu lieu à Évry, où une mineure a été torturée puis battue jusqu’au sang parce qu’elle est « blanche », qu’elle « mange du porc » et que « toutes les Françaises sont des putes ». Inutile de préciser l’origine des criminels qui ont été inculpés pour viol, et pour racisme… un racisme qui n’est pourtant pas reconnu malgré l’extrême et progressive récurrence des faits, et même déclaré comme une « imposture » par Sihem Souid, chargée de mission au ministère de notre très chère Taubira. Tout un symbole.

Journalistes, politiques, et associations prétendument antiracistes sont restés bruyamment muets suite à cette horrible affaire : l’omerta et la négation sont de mise lorsque les victimes ne sont pas d’origine immigrée. Dominique Sopo, président de SOS Racisme, soutenait même au micro de RMC en 2011 : « Le racisme antiblanc est une notion qui a été forgée par l’extrême droite et le FN depuis des années ». Étrange de rendre coupable l’extrême-droite quand le racisme antiblanc n’est le fait que de la diversité, des « chances pour la France ». Un phénomène bien ancré dans la réalité, et dans les centaines de clips de rap qui appellent à la haine du Blanc, du « babtou » bien trop souvent. Tout aussi réel quand même un élu de la Nation ose se lamenter, à plusieurs reprises, de voir « trop de Blancs » au Sénat. SOS Racisme ne représente décidément plus personne, et surtout pas les Blancs, puisque 84% des Français reconnaissaient l’existence du racisme antiblanc (enquête Fondapol, novembre 2014) et trouvaient même qu’il se développe selon 56% d’entre eux (sondage TNS-Sofres, septembre 2012).

Le racisme antiblanc, tout comme la natalité extra-européenne, est aujourd’hui en pleine expansion en France et en Europe. La société multiculturelle, jadis présentée comme le remède à tous nos maux, est en fait la principale coupable de cette barbarie francophobe. Les tensions communautaires sur notre sol ne sont dûes qu’à la pluralité ethnique engendrée par 40 années d’immigration massive. On peut souvent entendre que les sociétés multiculturelles sont multiracistes : le racisme antiblanc en est bien la preuve. Pour lutter efficacement contre ce tabou, les sanctions judiciaires, quand elles sont données, restent profondément insuffisantes étant donné que ces agressions puisent leurs racines dans ce terreau multiethnique. Cette violence à l’égard des Blancs, des autochtones, est l’énième confirmation que le vivre-ensemble ne peut fonctionner. Par conséquent, la seule solution pacifique pour mettre fin à ce drame est la remigration, soit le retour au pays.

Pour la paix civile, il est temps de renvoyer chez elles les personnes qui ont pour unique moteur la haine de la France et des Français. Chers babtous, redevenons maîtres chez nous !

Stella Costanzo,
@JeuneAthena

Crédit photo Une : DR