L’Irak, par Vincent Revel

L’Irak : toujours au cœur de l’actualité internationale – par Vincent Revel

06/12/2014 – BAGDAD (NOVOpress)
Le manque de volonté des Européens à défendre leur identité permet aux communautés nouvelles et extra-européennes, présentes en nombre depuis peu sur leur territoire, de revendiquer des droits purement communautaristes, souvent très éloignés de leurs valeurs et principes.

Quoiqu’en disent nos détracteurs, le communautarisme a souvent été un motif de division des sociétés qui l’ont adopté comme système d’organisation. Dans le second conflit irakien, opposant, dans un premier temps (photo), les Etats-Unis et leurs sociétés militaires privées à l’armée du dictateur Saddam Hussein puis, dans un second temps, aux terroristes islamistes sunnites, enthousiastes d’avoir une nouvelle occasion de pouvoir combattre l’Occident, tout en se faisant passer pour des résistants luttant au nom d’une liberté qu’ils méprisent et bafouent chaque jour, l’administration américaine a commis une erreur fondamentale : croire qu’il était possible d’exporter la démocratie, système politique occidental, dans un pays à majorité musulmane, divisé en plusieurs communautés (kurde, sunnite, chiite et chrétienne, cette dernière servant souvent de souffre-douleur). Plus de 4000 jeunes américains ont perdu la vie dans cette guerre.

A l’image de ce qu’ils ont fait après la Seconde Guerre mondiale pour le Japon, la Corée du Sud ou l’Europe occidentale, les Etats-Unis ont investi des milliards de dollar en Irak pour que ce pays s’installe sur une voie de développement lui permettant de se consolider économiquement et politiquement tout en servant docilement les intérêts de l’Oncle Sam.

Le communautarisme, divisant l’unité de l’Irak, accentué par la folie meurtrière des fondamentalistes musulmans, prenant ce pays livré au chaos pour leur nouveau terrain de jeu, fait échec à l’intervention américaine tout en provoquant la mort de plus de 150.000 irakiens !

Treize ans après le début de ce conflit, l’Irak reste toujours au cœur de l’actualité internationale avec l’arrivée du nouvel Etat islamique. Les Occidentaux font mine de découvrir avec stupeur les atrocités commises au nom d’Allah par des djihadistes conquérants.

Après avoir tout fait pour fragiliser la Syrie, en renforçant de ce fait les opposants islamistes à Bachar El Assad, les Etats-Unis et leurs valets européens déclarent à présent qu’il est inacceptable de tolérer un régime aussi barbare que celui de l’Etat islamique. Après avoir permis le financement de ces nouveaux djihadistes, contre l’avis de la Russie, faut-il le rappeler, Washington repart en guerre, comme en Afghanistan.

Il serait grand temps pour les Européens de retrouver un peu d’indépendance politique sur la scène internationale et de laisser de côté leur idéologie du bien vivre ensemble pour découvrir que le monde dans lequel ils évoluent n’est pas celui dans lequel ils pensent vivre.

Le choc des civilisations existe bel et bien ! Le reconnaitre ne veut pas dire que nous devons partir en guerre à tout instant mais cette prise de conscience nous permettrait d’éviter de graves erreurs de jugement.

Le monde islamique sunnite est en pleine effervescence et connait une véritable révolution. Comme nous le rappelle Guillaume Faye, « 90% des conflits dans le monde concernent l’islam ». C’est un fait que nous ne pouvons plus ignorer.

Au-delà des explications faussement naïves, des nouveaux censeurs qui nous vantent les mérites du multiculturalisme, comme quoi cette réalité ne correspond pas au véritable islam, nous devons comprendre qu’aujourd’hui, de nombreux musulmans se radicalisent en espérant tout simplement réveiller l’élan conquérant des premiers croyants de l’époque de Mahomet. L’Etat islamique du nord Irak n’est malheureusement qu’un représentant parmi tant d’autres de cette dynamique islamiste ultra-violente.

Vincent Revel

Crédit photo : TECH. SGT. JOE COLEMAN, via Wikipédia, domaine public.