[Enquête] Les coupables du saccage de Lyon le 29 novembre

03/12/2014 – LYON (NOVOpress via le Bloc identitaire Lyon)
Les graves incidents ayant émaillé la manifestation organisée le 29 novembre dernier par le Collectif de vigilance 69 contre l’extrême droite et Conex (Coordination nationale contre l’extrême droite) ont marqué les esprits par leur violence et leur ampleur. Selon les chiffres donnés par la préfecture, entre 600 à 900 personnes étaient présentes samedi pour en découdre avec les forces de l’ordre et participer au saccage de la cité.

Comme le Bloc identitaire Lyon l’avait malheureusement prévu, le bilan des violences est lourd : une quinzaine de fonctionnaires blessés, plusieurs dizaines de commerces attaqués, un centre-ville paralysé et une population apeurée. Par contre, le nombre d’arrestations (une quinzaine pour pratiquement un millier de casseurs !) et de comparution immédiate (trois) est totalement ridicule.

Il est désormais temps de faire le bilan de chacun des coupables de ce fiasco

orga-casseurs-lyon-mise-au-point– Les organisateurs : « Une attitude équivoque envers les casseurs » selon les propres déclarations du préfet Carenco ! Car le Collectif de vigilance 69 contre l’extrême droite, notamment Armand Creus, Hervé Mazure, Katia Buisson et Olivier Borel et le groupe Conex, portent une lourde part de responsabilité dans les violences ! Ils peuvent tenter de se dédouaner en accusant les casseurs extérieurs (des « provocateurs » selon un communiqué) à la manifestation ou même la police (comme Armand Creus), le fait est qu’ils n’ont rien fait pour empêcher l’émeute de se produire. Leur attitude complaisante depuis des années avec la mouvance anarchiste leur a explosé à la figure samedi dernier, car depuis des années ils accueillent dans leurs rangs et à chaque manifestation des groupuscules armés et cagoulés. (Ci-contre Le Progrès du 1er décembre 2014)

Preuve de cette complaisance ? « Des représentants de Coordination nationale contre l’extrême droite (CONEX – organisateur de la manifestation) » organisateurs de la manifestation de samedi et présents à l’audience des casseurs présumés,  « se sont proposés de verser, pour l’un d’entre eux, la caution afin de convaincre la présidente de la 14e chambre correctionnelle de ne pas décider d’un placement en détention provisoire. »

conex-appel-defense-casseurs

– Les élus/les officiels : La grenade anarchiste leur a explosé à la figure ! Ils essaient de se faire oublier… Pourtant ils sont, comme les organisateurs de la manifestation de samedi, les responsables de cet état de violence. Gérard Collomb dénonce les violences ? Pourtant le Parti socialiste comme de nombreux élus (et Sos Racisme !) ou des syndicats étaient présents en première ligne de la manifestation ! Ils n’ont jamais sourcillé ou dénoncé les groupes de type « Black Block » avec qui ils manifestent bras dessus-bras dessous depuis des années. Qui a prêté la mairie du 8ème arrondissement ou les MJC pour accueillir les journées antifascistes si ce n’est les différents élus de la ville ? Pourquoi n’ont-ils jamais émis la moindre réprobation quand le commissariat de la police municipale du 3ème arrondissement a été vandalisé la semaine dernière ? On voudrait bien savoir ce qui les pousse à subventionner les différents groupes anarchistes à Lyon ou à fermer les yeux sur les squats qui pullulent à Lyon.

cv-69

– Bernard Cazeneuve : le chaos. Le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, savait pertinemment que des incidents très graves allaient se produire samedi à Lyon. Il a envoyé son préfet, Carenco, au casse-pipe. Ce dernier peut désormais jouer le matamore mais nous n’oublions pas que la semaine dernière, Carenco a osé mettre sur le même plan les casseurs anarchistes et les Identitaires qui souhaitaient défendre les commerçants. Cet enfumage n’a pas tenu à la réalité des faits et le bilan des arrestations est ridicule : une quinzaine de personnes pour 600 à 900 casseurs selon ses propres chiffres !

– Armand Creus et le Front de Gauche : Les menteurs. Face aux risques de violence, le Front de Gauche avait annoncé le vendredi 28 novembre qu’il ne participerait pas à la manifestation du lendemain dans les rues de Lyon. Pourtant, on a retrouvé en première ligne de la manifestation, Armand Creus, conseiller régional du Front de Gauche et les militants du Front de Gauche ! (Ci-dessous : Le Progrès du samedi 29 novembre 2014.)

fdg-casse-lyon

– Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) : La radio anarchiste lyonnaise, Radio Canut, a pu durant toute l’après-midi de samedi donné des conseils aux militants, informé les manifestants (et casseurs !) sur les positions des forces de l’ordre ou diffusé des appels à l’émeute sans que personne ne s’en émeuve.