Israël : un plan en 8 points pour combattre le terrorisme

Israël : un plan en 8 points pour combattre le terrorisme

27/11/2014 – TEL-AVIV (NOVOpress)
On peut critiquer la politique israélienne de colonisation en Cisjordanie, soutenir la création d’un Etat palestinien, cela ne devrait pas empêcher de suivre de près les mesures temporaires que souhaite prendre la coalition au pouvoir en Israël à l’initiative d’un député de la Knesset (Yariv Levin, photo) du parti le plus important, le Likoud. Ce député devrait présenter prochainement à la Knesset un plan sur ordre du Premier ministre Netanyahou afin de contrer une vague d’actes terroristes (attaques au couteau et par voiture principalement) individuels qui ont causé la mort de 11 juifs israéliens en 1 mois, principalement à Jérusalem.

Les 8 mesures principales visent à doter les forces de sécurité d’un réel pouvoir de dissuasion:
– Déchéance de nationalité pour tous les citoyens engagés dans ou coopérant avec une organisation terroriste.
– Expulsion du territoire après exécution de la peine de prison.
– Absence de funérailles pour les terroristes abattus sur le lieu de leur attaque.
– Corps non rendus aux familles et enterrés dans un lieu secret.
– Destruction du logement des terroristes dans les 24h suivant l’attaque.
– Arrestation des manifestants masqués et violents participant à des manifestations illégales pendant lesquelles des cocktails molotov et des pierres sont lancées et détention jusqu’au terme de la durée légale. Idem pour ceux qui brandissent un « drapeau ennemi ». Toute personne déclarée coupable perd ses prestations sociales et son permis de conduire pendant 10 ans.
– Déchéance de citoyenneté pour les familles de terroristes si celles-ci soutiennent publiquement (y compris sur les réseaux sociaux) les actes du terroriste.
– Fermeture des commerces et ateliers d’impressions faisant l’apologie des terroristes.

La proposition de loi prévoit aussi qu’un patron peut s’adresser à la police pour savoir si un quelconque de ses employés a déjà été arrêté pour une raison de sécurité et ainsi le licencier.

En France on a un numéro vert quand on s’alarme et des dirigeants qui condamnent fortement le terrorisme…

Crédit photo Une : Reuven Kapuchinski via Wikipédia (cc).