Djihadistes : Hollande en matamore

Djihadistes : Hollande en matamore (Présent 8231)

14/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Londres durcit son arsenal judiciaire contre les djihadistes. Tandis qu’Hollande en tournée australe, baguenaude, Cameron, lui, a annoncé à Canberra des mesures significatives. Il veut autoriser la confiscation des passeports des candidats au djihad et empêcher le retour de ces bombes à retardement sur le territoire britannique :

Djihadistes : Hollande en matamore (Présent 8231)« Nous allons introduire sous peu une nouvelle loi antiterroriste au Royaume-Uni », a assuré le Premier ministre britannique devant le Parlement australien.

« Des nouveaux pouvoirs (seront accordés) à la police des frontières pour confisquer des passeports, empêcher les suspects de voyager et empêcher les ressortissants britanniques (djihadistes) de revenir au pays autrement qu’aux conditions qui leur sont imposées ».

Le texte (qui doit encore être discuté au Parlement courant novembre) bloquerait le retour au Royaume-Uni pendant au moins deux ans des personnes ayant combattu en Syrie et en Irak. Cette interdiction pourrait être levée seulement si les individus visés acceptaient un retour sous escorte, des poursuites judiciaires et de se soumettre à un programme de « dé-radicalisation ».

La nouvelle loi prévoira également que « les compagnies aériennes ne respectant pas les listes d’interdiction de vol (soumises par les autorités britanniques) ne soient pas autorisées à se poser au Royaume-Uni ».

« Le Rubicon de l’horreur »

Le Premier ministre britannique dit aussi vouloir intensifier les actions contre « les racines de la menace (terroriste) » en « bannissant les prêcheurs extrémistes » et en facilitant la suppression de « contenus nocifs » sur internet.

Le Royaume-Uni estime à plus de 500 le nombre de ses ressortissants enrôlés par le groupe EI. En France ils sont plus du double (avec des femmes et des mineurs, tous ne sont pas connus, ni fichés, ni repérés). Et les mesures appliquées contre eux, à peu près dix fois moindres.

François Hollande, lui, vient de se contenter d’un vague discours sur le sujet. Il a convenu avec le Premier ministre belge Charles Michel de « renforcer les liens contre la menace des combattants étrangers ».

« Nous avons un sujet commun, celui des combattants étrangers », a affirmé Hollande, citant le chiffre de 1 000 pour la France et 300 pour la Belgique selon le chiffre du chef du gouvernement belge. « Etrangers », on peut difficilement faire plus vague. Et plus qu’un « sujet commun » c’est une énorme menace, sachant que celle qui pèse sur la France est trois fois supérieure.

Et c’est parti pour le « y a qu’à, faut qu’on » de M. Petite Blague :

« Nous devons échanger les informations, faciliter les renseignements, suivre les individus. »

Bref, rien n’est arrêté. Grosse impression de flottement. Comme de plus en plus souvent ces derniers mois. Pendant ce temps les spécialistes de l’antiterrorisme français comme le juge Marc Trévidic ne cessent de rappeler que les djihadistes ont « franchi un Rubicon de l’horreur » et que les mesures françaises et notamment le plan Cazeneuve ne sont pas à la hauteur.

Caroline Parmentier

Crédit photo : Parti socialiste, via Flickr, (cc).


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !