Mario Borghezio : "L’urgence est de stopper les nouvelles arrivées" (Présent)

Mario Borghezio : “L’urgence est de stopper les nouvelles arrivées” (Présent)

09/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Mario Borghezio est député européen, membre de la Ligue du Nord (parti allié au Front national au sein du Parlement européen). Figure charismatique de la droite patriotique et identitaire italienne, francophile, nous avons souhaité recueillir sa position sur la remigration en nous penchant sur la situation au-delà des Alpes. (Entretien initialement paru dans le numéro 8225 de Présent)

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant


Quel constat faites-vous de la situation de l’immigration en Italie ? Le « vivre-ensemble » est-il déjà mort dans la péninsule ?

En Italie, l’immigration – à cause de l’opération catastrophique nommée Mare Nostrum voulue par le ministre Alfano (centre-droite) – est devenue une véritable invasion. Cela risque de rendre impossible une cohabitation pacifique, surtout dans les périphéries urbaines (Milan, Turin, Rome etc.)

L’Union européenne est le principal facteur de l’invasion migratoire et de l’impossibilité pour les peuples de riposter. Pensez-vous que l’union avec les autres formations patriotes telles que le FN ou le FPÖ permettront, à court ou moyen terme, de dénoncer les traités et de retrouver la maîtrise des frontières ? Travaillez-vous déjà en ce sens au Parlement européen ?

Nous sommes en train de donner vie à un groupe européen des formations identitaires, avec évidemment le FN, le FPÖ et d’autres mouvements et partis. Un tel groupe pourra contrer très efficacement la dérive mondialiste de cette Union européenne.

En France, une réaction populaire massive est en train de se former pour dénoncer l’immigration et ses conséquences. Qu’en est-il en Italie ? Enregistrez-vous des succès sur ce terrain ?

L’intolérance des Italiens (du nord comme du sud) envers cette invasion devient jour après jour plus forte. Cela se traduit par une croissance continuelle du score électoral de la Ligue du Nord, qui est en train de construire un réseau dans l’Italie du centre et du sud.

La manifestation de Milan « Stop Invasion », qui a rassemblé 100 000 personnes, est-elle une date clef du « réveil » italien ? Quelles seront les suites apportées à ce grand rassemblement ?

Incontestablement, à Milan, avec la participation des mouvements comme CasaPound et d’autres semblables, bien enracinés dans la Péninsule, nous pouvons déjà dire aujourd’hui que nous assistons à la naissance d’une Ligue « nationale », qui, bien sûr, ne tranche pas ses racines « nordiques » [NDLR : La Ligue du Nord est historiquement régionaliste, centrée sur la Padanie, partie nord de l’Italie].

Sous l’impulsion d’intellectuels et de militants identitaires, le mot « remigration » est en train de s’installer dans le vocabulaire politique en France, qu’en pensez-vous ? Y a-t-il une démarche équivalente en Italie ?

La « remigration » pourra bien entendu devenir une stratégie pour toute l’Europe des peuples. Mais en Italie, l’urgence est d’abord de stopper les nouvelles arrivées.

Quel message souhaitez-vous envoyer aux patriotes français qui ont choisi de ne plus subir ?

Tous les patriotes européens doivent s’unir dans un seul combat identitaire, contre l’Europe des banquiers, pour l’Europe des peuples !

Crédit photo : Fabio Visconti via Wikipédia (cc).