L'Afrique n'est pas sur le point de démarrer - L'Afrique Réelle N°59, novembre 2014

L’Afrique n’est pas sur le point de démarrer – L’Afrique Réelle N°59, novembre 2014

Editorial et Sommaire

 Editorial de Bernard Lugan :

A en croire les médias, l’Afrique serait sur le point de « démarrer » puisque son taux moyen de PIB est supérieur à celui du reste du monde. Or, il ne s’agit là, hélas, que d’une illusion fondée sur des chiffres qui ne tiennent aucun compte des tensions, des problèmes politico-ethniques, des héritages et des divers blocages que connaît le continent.

En dépit des effets d’annonce, et à l’exception d’enclaves dévolues à l’exportation de ressources minières confiées à des sociétés transnationales sans lien avec l’économie locale, la situation africaine est en réalité apocalyptique :

– la « bonne gouvernance » n’y a pas mis fin aux conflits,
– la démocratie n’y a résolu aucun problème,
– les crises alimentaires sont de plus en plus fréquentes,
– les infrastructures de santé ont disparu,
– l’insécurité y est généralisée,
– la pauvreté y atteint des niveaux sidérants. En 15 ans, le nombre de pauvres est ainsi passé de 376 millions à 670 millions ; il a donc doublé.

Nous voilà loin de la « méthode Coué ». Quatre grandes raisons expliquent ces échecs :

1) La priorité donnée à l’économie. Dans tous les modèles proposés ou imposés à l’Afrique sud saharienne, l’économie est toujours mise en avant. Or les vrais problèmes du continent ne sont pas fondamentalement économiques, mais politiques, institutionnels, ethniques et sociologiques.

2) Le refus d’admettre la différence car les Africains ne sont pas des Européens pauvres à la peau noire. Comme le dit le proverbe congolais: « l’arbre qui pousse sur les bords du marigot ne deviendra jamais crocodile ».

3) Le diktat démocratique imposé à l’Afrique a eu pour résultat la destruction de ses corps sociaux et le triomphe de la mathématique électorale, le pouvoir revenant automatiquement aux ethnies les plus nombreuses, ce que j’ai défini comme étant l’ethno mathématique électorale.

4) La démographie insensée et suicidaire qui va plus vite que la création des infrastructures, va provoquer de véritables cataclysmes dont il est difficile d’imaginer l’ampleur.

De plus, ne perdons pas de vue que la courbe de croissance africaine n’est que la conséquence des prix, par définition fluctuants, des matières premières; elle est donc à la fois fragile et artificielle. Cette croissance n’étant pas homogène, la différence est considérable entre les pays producteurs de pétrole ou de gaz et les autres. Enfin, les hydrocarbures font peut-être enfler les courbes de croissance, mais ils n’empêchent pas la faillite économique et sociale. Les exemples du Nigeria et de l’Algérie sont éloquents à ce sujet.

 

SOMMAIRE

Actualité :
– L’Algérie est-elle au bord du précipice ?
– Mozambique : la coupure nord-sud s’accentue

Livres :
Afrique : la guerre en cartes

Rwanda :
Le TPIR confirme sa jurisprudence : le génocide n’était pas programmé.

Préhistoire :
L’Afrique n’est pas le berceau de toute l’humanité

Image : vue satellite. Crédit : Map Library, domaine public.