Politique Fiction. Ou pas.

[Tribune] Politique Fiction. Ou pas.

Qui suis-je ? Je suis un parlementaire aussi souvent absent au parlement qu’au conseil municipal de la ville dont je suis maire. Je suis secrétaire de circonscription de mon parti politique, mais j’ai oublié de payer ma cotisation (Le Figaro 29/08/2014) , je n’ai donc pas pu parrainer un candidat pour l’élection interne de mon parti, mais je me permets quand même de donner des conseils de parrainage aux adhérents. L’important est que je sois réélu.

Dans ma ville, la paix sociale est préservée grâce aux multiples emplois octroyés aux habitants des quartiers sensibles, peu importe leur casier judiciaire. L’important est que je sois réélu.

Je méprise mon personnel dont beaucoup sont en arrêt-maladie pour dépression ou burn-out, et aucun n’osera dénoncer mon comportement par peur de perdre son emploi, mais je suis à l’écoute envers les habitants de tous les quartiers de ma ville. L’important est que je sois réélu.

Je mène par le bout du nez comme des moutons mes collègues maires, adjoints, conseillers généraux, conseillers régionaux, et j’interdis à quiconque de mon « équipe » de prendre une quelconque initiative.

J’entretiens une complicité dangereuse avec mon opposition de gauche qui me le rend bien, mais j’ai un discours suffisamment à droite pour plaire à l’électorat du FN que je méprise. L’important est que je sois réélu.

Je suis un homme politique comme tant d’autres qui a détourné les Français des urnes, un politique comme tant d’autres qui se demande pourquoi les Français votent massivement pour le Front National, un politique comme tant d’autres qui n’a jamais travaillé dans une entreprise, un politique comme tant d’autre qui se moque de la réalité. L’important est d’être réélu.

Un politique comme tant d’autres qui finira rejeté par les Français.

SLB, pour Novopress