Syrie : les rebelles « modérés » équipés par les États-Unis et l’UE rejoignent les terroristes Syriens

06/11/2014 – DAMAS (NOVOpress) – Deux des principaux groupes de rebelles « modérés » ayant reçu des armes des États-Unis pour renverser le régime de Bachar-Al-Assad mais aussi pour contrer les groupes djihadistes en Syrie se sont rendus à Al Qaeda. Les États-Unis et leurs alliés européens comptaient pourtant sur Harakat Hazm et le Front Révolutionnaire Syrien (SRF) pour former une force au sol contre l’État Islamique l’Irak (EI).

Au cours des six derniers mois, les mouvements Hazm et le SRF avaient reçu des armes lourdes de la part de coalition menée par les États-Unis, y compris des roquettes antichars GRAD et TOW. Mais dans la nuit de samedi à dimanche, Harakat Hazm a abandonné sa base et ses stocks d’armes à Jabhat Al-Nusra quand la filiale d’Al Qaeda en Syrie a lancé un assaut sur des villages alentours et a pris le contrôle de la province Idlib au nord du pays.

Le coup fatal est survenu après l’assaut par le Jabhat Al-Nusra et la capture de Deir Sinbal, la ville natale de Jamal Marouf, leader du groupe SRF. L’attaque a incité le groupe, qui avait déjà perdu son territoire dans Hama, à se rendre. “En tant que mouvement, le SRF a effectivement disparu” a déclaré Aymen Al-Tammimi, un analyste de la Syrie. “Nusra les a conduit dans leurs bastions d’Idlib et Hama.”

L’effondrement du SRF et les attaques sur Harakat Hazm ont dramatiquement affaibli la présence des rebelles modérés en Syrie qui après presque quatre ans de conflit se résume à un combat à mort entre le régime Syrien et les organisations djihadistes. Pour les États-Unis, voir leurs propres armes tomber entre les mains d’Al Qaeda est un cauchemar.

Il n’était pas encore établi ce weekend si des missiles TOW se trouvaient parmi le stock livré à Jabhat Al-Nusra samedi, mais plusieurs membres du groupe islamiste ont triomphalement annoncé sur Twitter que c’était bien le cas.

Aussi la perte d’un groupe qui avait été présenté par les médias internationaux comme étant un modèle des efforts occidentaux en Syrie est un revers humiliant au moment où les États-Unis augmentent leur engagement militaire dans le pays avec des raids aériens et participent à une formation de rebelles locaux.

Dans Idlib, Harakat Hazm a abandonné ses positions à Jabhat Al-Nusra “sans tirer”, selon plusieurs rapports et certains de ses hommes sont même passés du côté des djihadistes.

À Alep, où Harakat Hazm était aussi présent, le groupe a survécu mais uniquement en signant un accord de cessez-le-feu avec Jabhat Al-Nusra et en cédant certains de leurs points de contrôle aux terroristes musulmans.

L’accord de ce cessez-le-feu a circulé sur des médias sociaux la semaine dernière. Jabhat Al-Nusra a attaqué ces groupes en profitant de leurs rivalités mais aussi avec l’ambition de construire un Émirat Islamique concurrent de l’EI.

Source (extrait) : The Telegraph

Publié le