Au PS, les Tontons flingueurs sont de sortie

Au PS, les Tontons flingueurs sont de sortie

23/10/2014 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Ces derniers jours, Michel Audiard serait comme chez lui au siège du PS. Les porte‑flingues sont de retour, les échanges ne se font plus qu’au luger et à la grenade, on peine à imaginer comment Manuel Valls pourrait jouer les Lino Ventura pour remettre de l’ordre rue de Solférino.

La première à tirer, c’est Martine La Lilloise, contestant le gouvernement, elle prône un retour aux politiques de relance par l’offre des années 80. Elle n’hésite pas à égratigner au passage le Mexicain, pardon le président, le jugeant « incapable » et avouant même « Il a tout raté. Le chômage, il n’a pas réussi à le faire baisser, et la croissance n’est pas au rendez‑vous ».

En l’absence du patron, il semblerait que le petit personnel se rebiffe ?

 L’abstention de 39 députés socialistes sur le vote du budget, alors qu’ils n’étaient que 33 lors du dernier vote, vient gonfler les rangs des « frondeurs » ; à noter la présence des anciens ministres Batho, Filipetti et Hamon.

Ce dernier en profite et rafale, il estime que la ligne suivie par l’exécutif « menace la République […] parce qu’elle réduit les capacités d’intervention de la puissance publique ». Il enfonce le clou, jugeant que la ligne politique du gouvernement, c’est la préparation tout droit pour 2017, d’un immense désastre démocratique. Il y a un risque de voir le Front National, « non seulement à l’arrivée au second tour de la présidentielle, mais aussi à la tête du pays ».

Face à cette charge, renforcée par les déclarations d’Aurélie Filippetti, Stéphane Le Foll s’énerve et menace d’excommunication du PS.

« Les cons, ça ose tout ! C’est même à ça qu’on les reconnaît ».

Face à la zizanie ambiante, le Premier ministre a dû penser à cette citation ; du coup, il passe à l’artillerie lourde, car « C’est jamais bon de laisser dormir les créances, et surtout de permettre au petit personnel de rêver ».

Il sonne le rappel à l’ordre général : Entre Manuel, le Catalan, François le Corrézien, Martine la Lilloise, et les porte‑flingues du PS en embuscade, les prochains mois vont être périlleux…

Non, vraiment, Lino avait raison, « On ne devrait jamais quitter Montauban. »

Crédit image : DR.