L’exposition de l’anti-France a trouvé sa place du 17 au 19 octobre 2014 sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris

17/10/2014 – PARIS (NOVOpress) – “Médecins du Monde” a imaginé une exposition qui se déroule en ce moment du 16 au 19 octobre sur le parvis de l’Hôtel de ville à Paris sur le thème “Regardons la précarité en face”.

Parmi les images exposées, on y trouve :

– Youssouf, 40 ans, un clandestin, arrivé en France pour y trouver une vie meilleure,

L’exposition de l’anti-France a trouvé sa place du 17 au 19 octobre 2014 sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris

– Najat, 50 ans, venue près de sa sœur et en attente de régularisation,

L’exposition de l’anti-France a trouvé sa place du 17 au 19 octobre 2014 sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris

– Diego, 15 ans, un autre clandestin venu du Congo sans ses parents, pour avoir un avenir meilleur en France,

L’exposition de l’anti-France a trouvé sa place du 17 au 19 octobre 2014 sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris

– Ou encore Marco, le toxico, 41 ans.

L’exposition de l’anti-France a trouvé sa place du 17 au 19 octobre 2014 sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris

Nul doute que ce petit monde bien sympathique pourra trouver parmi les multiples aides sociales (CAF, AME, Allocations…) de quoi vivre en France avec les impôts des Français.

Sur ces 12 portraits censés représenter le multiculturalisme si cher à nos élites on y trouve aussi Constantin, 60 ans, SDF Français ? “Il m’arrive souvent de ne pas manger pendant un jour entier”.

Cette exposition sur le parvis de l’Hôtel De ville a bien sûr retenu toute l’attention et le soutien de la mairie de Paris qui souhaite faire la promotion de la naturalisation des immigrés, des toxicos, des clandestins (les Calaisiens apprécieront), bref de l’immigration massive que les Français ne veulent plus. Le sondage Odoxa réalisé les 11 et 12 septembre montre que 68 % des Français sont pour une suppression du système de regroupement familial et que 67 % d’entre eux sont favorables à la préférence nationale (réserver les allocations et les aides sociales aux seuls Français.

Crédit photos : DR.