Allemagne : Le Turc qui voulait brûler les mosquées

Allemagne : Le Turc qui voulait brûler les mosquées

12/10/2014 – COLOGNE (NOVOpress) – Mercredi, au tribunal de grande instance de Cologne, s’est ouvert le procès de l’incendiaire de la mosquée. Le matin du 3 février 2014, d’après la description de deux passants, l’homme était arrivé en BMW noire à la mosquée centrale de Cologne, desservie par l’Union turque-islamique de l’office public de la religion (DİTİB), sous le contrôle du gouvernement turc. Il était descendu, avait jeté une corbeille à linge et un cartable devant l’entrée, avait versé dessus le contenu d’un thermos. Il s’était tourné vers Marco et Siggi, les deux passants interloqués, et leur avait demandé : « Pardon, auriez-vous du feu ? » Sur leur réponse négative, il était retourné dans sa voiture prendre un briquet, avec lequel il avait allumé le feu. Puis il était reparti tranquillement. Prévenue par les passants, la police l’avait vite interpellé. Il s’était avéré qu’il s’était auparavant attaqué dans la nuit à deux autres mosquées dans la banlieue de Cologne, à Wesseling et à Hürth : « il avait enflammé une corbeille à papiers devant la mosquée de Wesseling et avait allumé un barbecue devant la mosquée de Hürth ».

Les dégâts étaient symboliques, mais, comme toujours lorsqu’il s’agit d’une mosquée, les réactions politiques avaient été immédiates et grandiloquentes. Volker Beck, porte-parole des Verts allemands (Grünen) pour les questions religieuses au Bundestag, avait dénoncé « une attaque choquante contre la démocratie et la liberté de tous ». Sans attendre aucune enquête, il avait mis en cause « la haine islamophobe » : « Voilà la moisson semée par des groupes comme PROKöln ou des sites internet comme Politically Incorrect [sorte d’équivalent allemand du site Fdesouche]. Tous les démocrates doivent se mobiliser ensemble contre cette haine envers l’Islam. Les musulmans d’Allemagne doivent savoir que nous sommes à leurs côtés pour défendre leur liberté religieuse ».

Il faut dire que la mosquée centrale de Cologne, une des plus grandes d’Europe, avec deux minarets hauts de 55 mètres chacun, demeure très controversée. Le mouvement citoyen pro Köln, que les media qualifient « d’extrême droite », a manifesté à plusieurs reprises contre sa construction, qui dure depuis 2009.

Las, tout de suite après, la police avait annoncé que l’incendiaire était un Turc de 31 ans, Musa C., que l’on avait immédiatement envoyé dans un hôpital psychiatrique, où il est toujours. Devant le tribunal, il a expliqué mercredi qu’il avait agi car il avait été « maltraité à l’école coranique. On m’a toujours fait du mal ».

Image en Une : copie d’écran d’une vidéo sur l’incendie, sur internet. DR.