L’incroyable amateurisme du Ministère de l’intérieur face à la lutte contre le terrorisme djihadiste

L’amateurisme du ministère de l’Intérieur face à la lutte contre le terrorisme djihadiste

24/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Ce qui vient de se passer sur le territoire français relève d’un amateurisme total de la part du ministère de l’intérieur et des services de renseignements : dans un premier temps, l’on apprend le 23 septembre que 3 djihadistes proches de Mohamed Merah, dont le mari de Souad Merah, avaient été arrêtés à Orly. Quelques heures plus tard, ils seraient restés finalement en Turquie n’ayant pu embarquer à la suite d’un contrôle, puis finalement débarqués tranquillement à Orly par un autre vol sans avoir été contrôlés ni arrêtés par la police… Le 24 septembre, l’on apprend encore qu’ils sont finalement à Marseille.

Comment ont-ils pu échapper au contrôle à la douane ? Pour Europe 1 Matin, le service informatique de contrôle « Kéops » serait en panne… Pas de chance pour les services de police et pour Bertrand Cazeneuve, qui a pourtant martelé que « la France n’avait pas peur…»

En juillet dernier, de multiples drapeaux « djihadistes étaient arborés dans les rues de paris lors des manifestations pro-gaza.

Dans les transports en commun, certains arborent des signes clairement « djihadistes » sans pouvoir être inquiétés par le personnel de bord.

Hier encore à l’aéroport de Roissy, des prières publiques de musulmans, à même le sol, avaient lieu sans que la police n’intervienne.

Le 19 septembre, Marine le Pen, interviewée par RFI, déclarait : “il y a des bombes dégoupillées qui se baladent en France”. Chaque jour, l’incompétence de l’État UMPS lui donne raison…