Censure sur Internet, le prétexte terroriste ?

Censure sur Internet, le prétexte terroriste ?

18/09/2014 – PARIS (NOVOPress via Bulletin de réinformation)
En apparence, la loi anti‑terroriste pourra être utile. Elle est soutenue par la majorité des députés PS, mais aussi UMP et prétend lutter contre le djihadisme.

Qui s’y oppose ?
Certains lancent l’alerte contre une loi menaçant les libertés publiques. Il s’agit d’associations comme Reporters sans frontières, du juge anti‑terroriste Marc Trevidic, de la députée UMP Laure de la Raudière.

Que reprochent‑ils à cette loi ?
C’est une loi qui prévoit un blocage de nombreux sites sur décision secrète et non motivée de simples services de police. L’association La Quadrature du Net s’inquiète de cette procédure secrète. Sur le site du Point le journaliste Guerric Poncet reprend leurs arguments en expliquant que « L’Etat s’apprête à promouvoir les sites web terroristes ». La liste noire des sites interdits fuitera rapidement et les fera connaître.

Reporters Sans Frontières s’inquiète de risques pour la liberté d’information. Consulter un site pourrait être criminalisé. Au Royaume‑Uni la police voudrait interdire de voir des vidéos d’exécution par des djihadistes.

En France, le projet va autoriser la perquisition à distance d’ordinateurs, sans contrôle judiciaire. La police de Manuel Valls pourra retrouver facilement ceux qui font fuiter des informations dérangeantes. Pour le juge anti‑terroriste Marc Trévidic, c’est une loi qui sera contre‑productive. Des islamistes repérés parce qu’ils se vantent de leurs exploits sur YouTube vont passer sur des réseaux plus discrets, sans cesser d’être dangereux.

Cette loi sera‑t‑elle pour autant efficace ?
Oui, mais pas, contre sa cible officielle. Il est très difficile de censurer un contenu précis sur Facebook et l’accusation de « terrorisme » peut facilement être élargie. En Australie la liste noire anti‑image pédophiles avait interdit les images d’enfants avortés et ceux qui brûlent des portiques écotaxe peuvent s’attendre à être mis dans le même sac que les amis de l’Etat islamique (Daesh en novlangue pour ne plus dire islamique !)

Quels autres reproches peut‑on faire à cette loi ?
Une loi incomplète qui s’attaque aux conséquences d’une immigration de masse sans viser les causes de la non‑intégration de certains musulmans d’origine et de l’islamisation de certains Français. Il n’est pas question de dire que ceux qui veulent vivre l’islam intégral doivent être cohérents et quitter la France.

Une loi qui méconnaît la nature humaine et les mécanismes de la radicalisation en visant l’expression des idées et leur publication sans se soucier de donner aux âmes des alternatives en libérant la France du laïcisme.

Que peut‑on faire pour s’opposer à ce projet de loi ?
L’association La Quadrature du Net propose des argumentaires précis à communiquer aux députés, en n’oubliant que pour ceux‑ci, une lettre reçue veut dire que de nombreux citoyens sont contre un projet.