Rebsamen et le contrôle des chômeurs : Sarkozy, sors de ce corps ! [Présent 8180]

Rebsamen et le contrôle des chômeurs : Sarkozy, sors de ce corps ! [Présent 8180]

03/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Après Valls et sa ridicule « danse du ventre » devant les patrons du Medef, c’est le ministre du Travail, François Rebsamen (photo), qui a fait mardi ce que ses petits camarades du gouvernement et lui-même reprochaient si violemment à la droite lorsqu’ils étaient dans l’opposition : demander le renforcement des contrôles visant les chômeurs. Une déclaration qui a, bien sûr, immédiatement suscité la colère de « la gauche de la gauche » mais a, au fond, atteint son objectif : détourner l’attention des nouveaux mauvais chiffres du chômage.

Une du numéro 8180 de "Présent"Mise en scène

Souvenez-vous. C’était en février 2012. En pleine campagne présidentielle. Nicolas Sarkozy proposait de renforcer le contrôle des chômeurs, en rendant notamment obligatoire une formation qualifiante pour ceux qui n’arrivaient pas à rebondir passé un délai de quelques mois et les obliger à accepter la première offre correspondant à cette formation, sous peine d’être radiés. Une proposition qui avait déclenché illico la colère du PS, qui avait réagi dans un communiqué semblant très actuel : Sarkozy « préfère mettre en scène la culpabilisation de ceux qui subissent ses erreurs politiques, pour mieux s’en dédouaner. Avec François Hollande, nous avons conscience que notre tâche ne sera pas d’accuser ni de diviser les Français, mais bien de redresser la France. Quand Nicolas Sarkozy attaque les chômeurs, François Hollande, lui, veut s’attaquer au chômage ». Et Hollande lui-même tweetait : « Le candidat sortant pense que les chômeurs veulent rester chômeurs ? Ce qu’attendent les chômeurs, c’est du travail ! »

Et ils attendent toujours. Depuis, en effet, le candidat Hollande est devenu président. Or, après des mois de hausse consécutive du chômage, la France compte aujourd’hui un demi-million de demandeurs d’emplois en plus. Et les experts s’attendent au pire pour les mois à venir. Alors, comme le disait si bien le PS en 2012, le gouvernement met « en scène la culpabilisation de ceux qui subissent ses erreurs politiques, pour mieux s’en dédouaner ».

Ainsi, interrogé mardi matin par un journaliste d’i-Télé sur la possibilité de changer les règles d’indemnisation du chômage, Rebsamen a-t-il répondu qu’être « chômeur, au sens du Bureau international du travail, c’est rechercher un emploi » et demandé par conséquent « à Pôle emploi de renforcer les contrôles », ajoutant que cette mission nécessite un « état d’esprit différent, des convocations et des vérifications (…). Sinon, on est radié ».

Tollé à gauche

« Contrôles », « renforcer »… Pour une gauche qui, lorsqu’elle entend ces mots, imagine tout de suite un retour aux « heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire », ces propos ont bien sûr fait l’effet d’une bombe. Immédiatement, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, se fendait d’un communiqué indiquant que « les annonces sur le contrôle des chômeurs (…) ne sont pas (…) pertinentes » car « si les abus peuvent être recensés, on ne peut réduire notre politique à ce but. » Même colère chez les écolos et les syndicats, qui ont dénoncé une nouvelle « stigmatisation des chômeurs ». Et Thierry Mandon lui-même, le secrétaire d’Etat chargé de la Réforme de l’Etat, confiait : « Ce n’est pas parce qu’on contrôle un peu plus les chômeurs qu’on va vaincre le chômage. »

Une levée de boucliers qui a amené Rebsamen à moduler ses propos dans la journée, assurant qu’il n’était pas question de « stigmatiser » les chômeurs, mais juste de « rappeler la loi ».

Franck Delétraz

Crédit photo Une : Marie-Lan Nguyen via Wikipédia (cc)/


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !