L'art est‑il devenu une entreprise criminelle ?

L’art est‑il devenu une entreprise criminelle ?

03/09/2014 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Les spécialistes sont de plus en plus nombreux à penser que l’envolée spectaculaire des prix des œuvres d’art est en partie alimentée par le recyclage d’argent sale.

Alors que le marché de l’art flambe, l’hypothèse selon laquelle le blanchiment d’argent contribuerait à faire grimper les prix à des niveaux stratosphériques est de plus en plus souvent émise. Les gouvernements du monde entier prennent des mesures contre la fraude, mais les investigations restent difficiles à coordonner à l’échelle internationale. Le commerce des œuvres d’art est difficilement contrôlable et la valeur d’une œuvre est difficile à déterminer étant donné la beauté d’une œuvre est aujourd’hui relative. Notons aussi que les œuvres d’art ne sont taxées qu’à 5,5 % ce qui facilite les transactions financières frauduleuses.

Photo : une œuvre d’art exposée au Museum of Modern Art de New York, l’un des musées d’art moderne et contemporain les plus réputés au monde. Crédit photo : Novopress (cc).