[Tribune libre] Nous sommes des briseurs de formules ! - par Guillaume le Carbonnel

[Tribune libre] Nous sommes des briseurs de formules ! – par Guillaume le Carbonnel

01/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Nous vivons une époque formidable. Se déroule devant nos yeux une période intense de recomposition idéologique, un carrefour où se rencontrent et s’entrechoquent toutes les positions intellectuelles et politiques confrontées au turbocapitalisme que nous subissons aujourd’hui de plein fouet. Alors que « gauche » et droite » apparaissent plus que jamais comme sœurs siamoises du monstre libéral, on nous annonce des lois sur la croissance comme autant de danses de la pluie pour invoquer le dieu développement. L’écotartuffe Noël Mamère en appelle à Jacques Ellul (photo) et Bernard Charbonneau, et l’oligarchie ploutocratique, déjà gangrenée par le luxe et l’oisiveté pour reprendre les termes d’Emile Massard, nous assure que l’Afrique est le marché du futur pour l’Europe. Le capital ayant pressé le citron européen à son paroxysme se tourne aujourd’hui vers les derniers dissidents de la société de consommation.

Parallèlement, une « gauche » critique, qui se veut de plus en plus radicale, commence à émerger et lance d’intéressantes pistes de contre-société dans les domaines sociaux, politiques et culturelles.

L’excellent mensuel Politis a récemment consacré un dossier sur le thème travail / temps libre empruntant certaines analyses d’André Gorz.

Les expériences menées au cœur de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes sont d’un intérêt majeur pour qui s’intéresse aux contre-sociétés et aux projets d’après développement. De nombreuses tentatives d’autogestion et de vie en autonomie sont mises en place au sein de communautés spontanées. Il existe au sein de cette mouvante radicale tout un tas de collectifs, groupes associatifs ou réseaux d’entraides et d’échanges qui pensent et organisent leur sortie du capitalisme. La nébuleuse de la décroissance est sans aucun doute le phénomène le plus prolifique en la matière.

Il faut le reconnaître. C’est au cœur de « la gauche radicale » et des organisations libertaires que la critique capitaliste et celle de la société de croissance sont les plus fécondes. C’est au sein de ces groupes en marge que se forge la nouvelle utopie et les contre-projets les plus novateurs.

Nous sommes nombreux à trouver insuffisant et réducteur le projet de société proposé par la mouvance nationale. L’avenir n’est plus au productivisme effréné ni à l’homo consumans.

Nous pensons au contraire qu’une sortie du capitalisme est nécessaire et qu’une révolution culturelle est inévitable. Il nous faut revoir nos rapports à la consommation, à la production, au travail. Nous devons impérativement nous recentrer sur une démocratie écologique et une autonomie économique locales.

Il existe indéniablement une convergence de luttes entre ces groupes de la gauche radicale et nos propres positions à l’égard du système capitaliste et de la croissance illimitée.

Nous sommes à un carrefour où tout devient possible. De nouvelles lignes de front se dessinent. Les propositions et les idées fusent de toutes parts. Pensons librement ! Ne refusons pas le débat, entrons y ! Discutons, rencontrons. Lisons Jean-Claude Michéa, Serge Latouche, Dominique Méda, Michel Onfray et tous ceux qui proposent une critique du « capitalisme mondialisé comme système d’emprise et de déshumanisation totale ».

Soyons des briseurs de formules ! Réapproprions-nous l’imaginaire ! Constituons le socle de ce nouveau bloc historique populaire destiné à inventer la société de demain.

Guillaume le Carbonnel

Photo Une : Eugène Delacroix, “La liberté guidant le peuple”. Crédi : Domaine public via Wikipédia (cc)