Entretien exclusif de Novopress avec Francis Bergeron et Samuel Martin de "Présent" (2/2)

Entretien exclusif de Novopress avec Francis Bergeron et Samuel Martin de “Présent” (2/2)

27/08/2014 – PARIS (NOVOpress)
Titre historique de la presse libre, Présent constitue depuis sa fondation en 1982 une bouffée d’air frais dans l’habituel confinement politiquement correct des kiosques. Frappé comme de nombreuses publications par le recul de la presse papier, le quotidien a connu fin 2013 une période de turbulences.

Repris par une nouvelle équipe d’amis et contributeurs, Présent repart plus que jamais à l’offensive, les combats ne manquent pas et les premières lignes militantes réclament des munitions intellectuelles. C’est dans cet esprit que Novopress a noué en juin dernier un partenariat quotidien avec le journal.

Nous avons rencontré Francis Bergeron, directeur du comité de rédaction et Samuel Martin, rédacteur en chef.

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant


Certains ont déjà sonné l’hymne funèbre de la presse papier. C’est pourtant oublier deux choses : d’une part de nombreux titres brillent par leur dynamisme (Eléments, Livr’Arbitres, La Nouvelle Revue d’Histoire), d’autre part que le papier permet de prendre le temps d’une lecture réfléchie et méditée et constitue un support indispensable de transmission horizontale (amis, relations) et verticale (générations futures)…

Francis Bergeron  : La presse papier ne sera plus jamais la voie royale de la diffusion de l’information. Et spécialement en France où les scléroses du passé (syndicat du livre CGT, code du travail, convention collective des journalistes , système de distribution, et les monopoles en découlant) ont tué une grande partie de cette presse papier. Regardez l’incroyable absence de diversité dans nos kiosques, et la faiblesse des tirages, surtout quand on compare avec les autres pays. Et s’il n’y avait pas les subventions gouvernementales pour la presse à faibles revenus publicitaires, les présentoirs des marchands de journaux seraient quasiment vides , Outre l’évolution des habitudes de lecture (sur écran plutôt que sur papier), ce type d’obstacle spécifiquement français empêche de redonner à Présent et aux journaux de ce type des niveaux de diffusion tels qu’on les connaissait il y a encore vingt ou trente ans.

Mais la presse papier a sa noblesse. Je dirais même que c’est le média noble par excellence. Le web, les médias sociaux la radio, la télévision, sont des médias de l’instantané, du spontané, de grands déversoirs d’information. La presse papier nécessite davantage de relecture, de qualité, de tri dans l’information, de hiérarchisation de celle-ci, et donc de recul.

Hier l’essentiel de l’information passait par la presse papier. Etre repris à la radio ou à la télévision, c’était la consécration. Je suis persuadé que demain nous vivrons le schéma exactement contraire : l’essentiel, la qualité, nous les trouverons dans la presse papier, compte tenu du caractère coûteux de ce média, compte tenu aussi de la pérennité du papier.

La presse papier n’est pas condamnée. Elle est condamnée à la qualité.

En élargissant le cercle de vos contributeurs, vous mettez un point d’honneur à ne pas être le journal d’une famille mais de toutes les familles d’un certain camp…

Samuel Martin  : En effet, et ce n’est pas l’expression d’un relativisme ni d’un fléchissement de notre ligne  ! Même si certains «  amis  », qui évidemment «  nous veulent du bien  », prétendent que c’est l’un et l’autre. Quotidien catholique de droite nationale, Présent entend, non pas représenter, mais refléter les multiples composantes du combat mené. Il a son identité, définie et à laquelle il croit  ; il est d’autant plus fort pour donner la parole à des mouvements, à des personnalités qui ne lui correspondent pas rigoureusement mais qui se trouvent engagés dans le même combat pour la sauvegarde de la France. Certains pensent que la lutte est d’abord religieuse, d’autres qu’elle est d’abord politique. On peut en discuter, la réalité est que la lutte existe. Exclure tel ou tel du champ de bataille ne revient qu’à affaiblir l’ensemble.

Vous avez également fait un effort particulièrement fort envers les plus jeunes lecteurs…

Francis Bergeron  : Soyons clairs, le public de Présent avait vieilli avec ses rédacteurs (de 26 à 32 ans d’ancienneté, pour la majorité d’entre eux). Et puis Présent s’était peu à peu transformé en une sorte de revue, à parution quotidienne, avec essentiellement des éditoriaux et tribunes, des dossiers : sur la bioéthique etc. L’information au quotidien voyait sa place réduite, ce qui est spécialement embêtant quand il s’agit d’un journal de 4 à 8 pages.

La dimension militante avait quasiment disparu. En particulier Présent n’a pas été… présent au cœur des manifestations de 2013 et début 2014 contre le mariage pour tous, etc. Or, vous l’avez vu, la rue appartient aujourd’hui à de nouvelles générations, beaucoup plus jeunes, très mobilisées, qui agissent sous des formes parfois totalement originales (les Veilleurs, Jour de colère, les Hommens, etc.). Parce que nous voulons que Présent continue, et joue son rôle dans la mobilisation actuelle, nous devons être capables de parler à cette jeune génération.

C’est pourquoi nous avons élaboré des tarifs d’abonnements spécialement adaptés pour les plus jeunes d’entre nous, nous sommes en train de rajeunir la rédaction, avec des talents nouveaux. Et surtout nous voulons traiter l’actualité avec beaucoup d’interviews, de reportages, nous voulons que nos rédacteurs soient sur le terrain chaque jour. Le journaliste en pantoufle qui rédige sa chronique philosophico-éthique en télétravail, sans sortir de chez lui, c’est fini. Nous devons être les yeux et les oreilles de nos lecteurs, rapporter de l’information, commenter l’actualité, l’actualité nationale et internationale, mais aussi notre actualité, l’action de ceux qui se battent pour la France française, dans le domaine politique, culturel, spirituel etc. Il nous semble que c’est à ce prix-là qu’on pourra attirer à Présent les nouvelles générations de patriotes, et que Présent pourra jouer pleinement son rôle de formateur.